L'actualité en continu du pays de Brive


Le recrutement, un enjeu majeur pour le territoire

L’Agglo de Brive accompagne le dispositif national du Volontariat territorial en entreprise (VTE) avec une bourse de 5 000 € remise sous conditions aux bac + 5 qui seraient recrutés dans une PME locale. Une initiative novatrice qui se veut un atout pour le jeune, l’entreprise et le territoire.

« On ne visite pas une entreprise sans que l’on nous parle des difficultés de recrutement à tous les niveaux, mais principalement des jeunes des grandes écoles et de l’enseignement supérieur capables d’enrichir la stratégie de l’entreprise», pose en préambule Françoise Cayre, présidente de la CCI de Corrèze. Le constat est sans appel. Le contexte clair. « À la fin de leurs études, les jeunes regardent du côté des grands groupes, dans les grandes métropoles, c’est-à-dire là où ils ont tissé leur réseau. C’est plus valorisant pour eux a priori… », indique Christian Pradayrol, élu en charge de l’aménagement de l’espace communautaire et du projet de territoire à l’Agglo de Brive. A priori seulement, car le territoire ne manque pas de perspectives de carrières intéressantes. « Nous avons un bassin industriel de bon niveau avec des pépites de toutes les tailles, ajoute Michel Pédamond, directeur de la CCI, du grand groupe à la start-up en passant par la PME et TPE qui tous ont besoin de compétences pour poursuivre leur développement. »

Lancé par l’État et la banque publique d’investissement Bpifrance, le VTE entend ainsi mettre un coup de projecteur sur ces entreprises et les aider dans leur recrutement. Pour cette expérimentation, 14 territoires d’industrie ont été retenus en Nouvelle-Aquitaine et parmi eux celui du bassin de Brive-Périgord qui regroupe huit EPCI* et s’étend entre Brive, Tulle, Sarlat et Terrasson. « Nous avons décidé d’accompagner cette expérimentation en attribuant une bourse de 5 000 € aux étudiants sortant des grandes écoles d’ingénieurs, de commerce ou de management », souligne Christian Pradayrol. Votée en décembre dernier, cette enveloppe de 50 000€ entièrement financée par la communauté d’agglomération pourrait bénéficier à une dizaine d’étudiants de niveau bac + 5, soit les profils de cadres supérieurs qui font le plus défaut au territoire. »

Cette incitation a déjà piqué la curiosité de plusieurs entreprises et salariés. Des discussions ont par exemple été engagées avec Silab. « Ce dispositif est un atout supplémentaire pour attirer de jeunes talents et nous avons plusieurs recrutements potentiellement éligibles au dispositif », explique Hélène Plenert, responsable développement RH en indiquant que « la durée moyenne de recrutement avait augmenté sur tous les profils, et en particulier pour les cadres ». De son point de vue, la prime de 5 000 € est « loin d’être négligeable pour faciliter l’installation d’un jeune diplômé ».

En effet, la question s’est posée du montant de la prime à attribuer. Pour Christian Pradayrol, elle devait aller au salarié et être un minimum significative pour être incitative. « Il faut là saluer l’initiative de l’Agglo qui a pris la balle au bond, estime Françoise Cayre. Pour les jeunes talents dont le territoire a besoin, cela constitue sans doute un plus, le moyen de créer un déclic. Cela envoie en tout cas un signal fort. C’est sans conteste ce que l’on appelle un acte volontaire qui donne l’image d’un territoire dynamique qui met tout en œuvre pour accompagner les chances de son développement. Dans le contexte actuel, il faut être extrêmement armés.»

Brive Entreprendre, les Assises de l’entreprise, la réflexion sur les ambassadeurs, le travail fait autour de la transmission d’entreprise, la création d’une plateforme RH pour aider le conjoint à trouver un emploi… Des outils utiles mais sans doute pas suffisants. Exhorter les chefs d’entreprises à « manager par le sens », à mettre l’accent sur « le bien-être au travail », à « développer la responsabilité sociale des entreprises, car les jeunes sont extrêmement attachés au développement durable… Tous ces outils sont complémentaires. Les territoires qui s’en sortiront seront les plus actifs », assure Françoise Cayre.

« Nous sommes la première collectivité à avoir mis en place cette prime », reprend Christian Pradayrol, en indiquant que cela leur avait valu d’être contactés par le ministère qui suit de près cette démarche. « Nous espérons maintenant que l’idée puisse essaimer sur le territoire », termine l’élu. À l’issue de l’année d’expérimentation, le dispositif sera évalué. « Mais d’ici là, probablement au second semestre, nous envisageons de créer des binômes élu-industriel pour faire le tour de certaines grandes écoles et présenter le dispositif en mettant en lumière nos entreprises, le territoire et leurs atouts. »

En bref:

  • Montant : 5 000 € versés en deux fois sur présentation des pièces justificatives. Premier versement de 3 000 € dans les deux mois suivant la prise de poste, puis complément de 2 000 € à l’issue des deux années de contrat, à condition que le bénéficiaire justifie d’une poursuite d’emploi dans une entreprise du territoire et qu’il y réside.
  • Entreprise : elle doit être située sur l’une des communes de l’Agglo.
  • Niveau du diplôme : bac + 5.
  • Durée du contrat : minimum deux ans en CDD, CDI, contrat d’apprentissage ou professionnalisation portant le label VTE.
  • Nature de l’emploi : digital, finance, marketing, communication, bras droit du dirigeant…

Contact : 05.55.23.63.61 et alexandra.troussier@territoires19.fr

*Le territoire d’industrie Bassin de Brive-Périgord regroupe plus de 220 000 habitants sur 237 communes et huit EPCI : les deux communautés d’agglomération de Brive et Tulle et les communautés de communes du Terrassonnais, de la Vallée de l’Homme, de la Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède, Domme-Villefranche du Périgord, Sarlat Périgord Noir et Pays de Fénelon.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

Laisser un commentaire