L'actualité en continu du pays de Brive


Le quartier République joue l’été artistique

 

intro visite maire

A l’initiative de l’Association des commerçants du quartier République, une douzaine d’artistes ou artisans ont investi trois boutiques éphémères pour l’été. S’y mêlent allègrement poteries, peintures, sacs, bijoux, meubles… Une initiative soutenue par la mairie qui valorise les créateurs tout autant que le cœur de ville.

 

clientesLe quartier République nous a habitués à ce florilège artistique au moment des fêtes de fin d’année, mais c’est une première en cette période estivale. “L’idée vient des artisans eux-mêmes, ravis de l’expérience hivernale. A 80%, ce sont d’ailleurs d’anciens exposants des boutiques hivernales”, expliquait Christophe Gerbou, président de l’association des commerçants du quartier, lors d’un convivial vernissage en fin de matinée. Le fait est qu’à l’approche de midi aujourd’hui, dans chacune des boutiques, les occupants temporaires avaient concocté un petit buffet inaugural en rameutant largement amis et riverains.

regalade“Partager une boutique permet de faire des rencontres, de proposer un choix diversifié, de se valoriser les uns les autres“, reconnait Danielle. Cette créatrice de bijoux fantaisie fabrique elle-même ses perles “en fondant des baguettes de verre au chalumeau façon verre de Murano“. “Je peux définir ainsi la couleur des perles que j’assortis au tissu choisi”, commente-t-elle. Et comme elle n’est pas avare d’explications, elle envisage d’organiser des ateliers dans le magasin où elle occupe sa permanence à créer pendentifs et colliers.

visite 2Danielle partage le lieu avec la couturière Cécile qui propose notamment des sacs peints au pochoir inspirés street art, “toujours dans un esprit récup’ et détournement d’objet” et Luc, un ancien forestier joliment reconverti dans la poterie en grès ou porcelaine dont le travail s’est inspiré de la technique de papier coloré de son épouse. Les œuvres des uns et des autres se mêlent et se répondent. Et au-delà des œuvres, des trajectoires humaines. Une mutualisation qui, pour Danielle, “redonne de l’oxygène par rapport à nos propres créations”.

annie modeIl en est ainsi dans chacune des trois boutiques éphémères. Les influences et inspirations s’associent. On reconnait des habitués, on découvre des nouveaux. Le duo plasticien Pom Cat, fidèle  au quartier tout autant qu’à l’opération, présente rue Saint-Martin ses dernières créations métalliques parmi des œuvres de papier ou de toiles. En haut de la rue de la République, Reine a déployé ses meubles en carton et sculptures en papier mâché qui imitent à s’y méprendre bois ou béton. Les deux artistes peintres qui l’accompagnent attendent impatiemment comme elle l’arrivée imminente d’une souffleuse de verre.

Une galerie éparse que le maire Frédéric Soulier a inauguré, passant de boutique en boutique, accompagné de Franck Peyret, conseiller municipal en charge du commerce, et du conseiller communautaire Yves Gary. L’élu a salué cette nouvelle initiative qui, en faisant revivre des boutiques inoccupées, permet de “globaliser des approches” et de “donner une identité au quartier”.

devant boutique

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire