L'actualité en continu du pays de Brive


Le prix du public au Festival de cinéma de Brive nominé pour le César

Le public briviste ne s’y est pas trompé. Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour, son lauréat l’an dernier lors du Festival de cinéma de Brive, figure dans la sélection officielle des César 2020. Il est en lice pour le Meilleur court métrage de fiction qui sera dévoilé le 28 février prochain.

La sélection qui a été annoncée ce 29 janvier, a évidemment rempli de joie l’équipe du Festival du cinéma de Brive, mettant en lumière son “rôle de révélateur de talents“. Ils sont cinq en lice pour le Meilleur film de court-métrage de fiction. Outre le prix briviste, Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour est déjà auréolé de plusieurs autres dans divers festivals: d’Acadie au Canada, de Tanger au Maroc, de Palm Springs aux États-Unis, de Cracovie en Pologne, sans oublier la France.

L’histoire de 30 minutes se passe dans les bains-douches de Paris, lieu de rencontre de toutes les misères. Ahmed, employé des bains douches proche de la retraite, voit un jour débarquer Mike, adolescent à la dérive. Entre ces murs, dans un lieu sur le point de disparaître, une étrange relation va naître entre ces deux âmes fêlées. Le film porte sur le déracinement mais aussi ce désir d’être regardé. “C’est un thème que je n’ai de cesse d’explorer parce que ce sentiment, nous le partageons tous”, a déclaré le réalisateur lors d’une interview pour Format Court. “Il nous maintient en état de survie quand on est au fond du trou. Si tu perds une forme d’estime de toi, tu sombres. Mais c’est un sujet délicat à traiter sans tomber dans le misérabilisme, ou la moralisation.”

Vous pourrez voir (ou revoir) Le Chant d’Ahmed

  • à Limoges au cinéma le Lido lundi 16 mars à 20h, dans le cadre de Fenêtres sur court/Retour de Brive
  • à Brive jeudi 26 mars au cinéma Rex (horaires et précisions à venir).

À noter que la prochaine édition du Festival du cinéma de Brive, la 17e, aura lieu du 7 au 12 avril prochain au Rex.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire