L'actualité en continu du pays de Brive


Le mystère s’invite à la Chapelle Saint-Libéral

Expo Teruhisa YAMANOBE1pano

Tout dans l’oeuvre de Yamanobe respire la nature nourricière et inspirante chère à la culture japonaise. (Article rédigé avec notre stagiaire Alizée Dubus).

Expo Teruhisa YAMANOBE2

Les arbres parlent, palpitent et semblent dans leur frisson être habités par quelques divinités. Tout comme dans sa série de portrait de petite fille réalisé avec le même modèle dans son atelier et dans lesquels on retrouve le mystère de Balthus. Dans un fondu de couleurs délicates, Yamanobe restitue à l’identique les subtilités du monde flottant et de la profondeur de l’âme. Yamanobe, a quitté le Japon en 1988 pour s’installer à Paris. On trouvera dans ses œuvres des références aux maîtres flamands et à Chardin dont il ne cesse de vouloir découvrir le mystère de la lumière. C’est à 35 ans lorsqu’il ose son premier voyage en Europe que Yamanobe prend son envol en s’affranchissant des dogmes de la théorie. C’est un voyage initiatique. Une découverte. Cet ancien publicitaire décide alors de consacrer sa carrière à la peinture. Il apprend tout, recommence par les bases du dessin académique. C’est auprès d’un restaurateur de musée qu’il travaille en copiste les techniques à l’ancienne, celle de Rembrandt, du florentin Masaccio, de Caravage, l’inventeur du clair obscur.

Expo Teruhisa YAMANOBE8

« Je peins plusieurs tableaux en même temps, déclarait Yamanobé à Brive Magazine en septembre 2009.J’ai besoin de cette diversité, précisait-il. Pour moi, c’est une question d’équilibre. » De cheminement aussi, auquel répond un travail lent et minutieux, tout en délicatesse et patience, comme une éloge de la lenteur créative. Un héritage sans doute de sa culture japonaise, même si lui même ne la revendique pas. Il s’astreint à peindre tous les jours, ou presque, avançant au gré de sa muse.

Expo Teruhisa YAMANOBE5Cette année, Yamanobé expose 35 tableaux, partagés entre nature et par une certaine nouveauté : le portrait d’une jeune fille. Il dit alors avoir été inspiré par ce visage d’une fillette de 9ans : «avec une expression différente à chaque semaine d’intervalle  ». Ces portraits reflètent alors cette idée, représentée d’abord en train de jouer avec des natures mortes, des objets récupérés dans son atelier qu’il considère comme « son trésor » . Il représente encore cette jeune fille sous un angle complétement différent, la vanité. Un sujet que Yamanobé dit inévitable et si intéressant : celui de la jeune fille contre la mort. L’artiste reste alors fidèle à son style particulier, celui du mystère et de la lumière qu’il travaille longuement dans ses œuvres et sont tout de suite ressentis par un mélange de précision dans le visage ou un objet et de flou dans un arrière plan sans fin.

Expo Teruhisa YAMANOBE7Pour conclure son œuvre avec ses propres mots, ses tableaux sont fait « de calme et de mystère ». Caractéristiques qu’il a d’ailleurs sû retrouver dans les paysages de la Corrèze et des alentours dont Yamanobé s’est inspiré pour quelques uns des ses tableaux.

Téruhisa Yamanobé: 3, rue du Sabot – 75006 Paris

0624528498

Frédérique Brengues

Frédérique Brengues

Laisser un commentaire