L'actualité en continu du pays de Brive


Le musée Labenche expose la beauté et la fragilité de ses oiseaux naturalisés

Hier après-midi, une classe de seconde du lycée Bahuet est venue au musée Labenche découvrir l’exposition “Les oiseaux sortent de leur réserve” sous l’angle de la biodiversité.

Les oiseaux y laissent des plumes. C’est le titre du questionnaire créé par Hélène Houlgatte, professeur des sciences de la vie et de la terre. Elle a raccroché son programme sur la biodiversité à l’exposition temporaire du musée Labenche qui met en ce moment à l’honneur des oiseaux de sa collection, naturalisés à la fin du 19e et au début du 20e siècle, dans une très belle scénographie.

Parmi la sélection d’oiseaux présentés, guifette noire, pélican blanc, chouette chevêche ou chevalier combattant (qui prête son image à l’affiche), il en est un qui a laissé plus de plumes que les autres. Il s’agit de l’ectopiste migrateur. Ce pigeon migrateur américain est une espèce aujourd’hui disparue. Plusieurs millions d’individus illuminaient encore de leurs couleurs variées les régions côtières de l’est de l’Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle. Présentant une silhouette aérodynamique, l’oiseau volait particulièrement vite pourtant. Pas assez pour échapper à une extinction accélérée qui n’aura pris que quelques dizaines d’années. Chasse, déforestation privant l’oiseau de ses habitats potentiels, maladie… le nombre de spécimens a vite décliné malgré des tentatives de sauvegarde tardives. Le dernier spécimen en liberté a été abattu en 1900 tandis que le dernier captif est mort dans un zoo de l’Ohio en 1914.

Le spécimen, présenté en retrait des autres, est à ce titre particulièrement précieux. La taxidermie lui a rendu l’apparence de la vie mais ses ailes sont refermées à jamais. Voilà qui invite à la réflexion sur l’impact de l’Homme sur la nature. En 2018, un rapport de Birdlife (organisation non gouvernementale) a révélé qu’une espèce d’oiseau sur huit serait menacée d’extinction dans le monde. Pollution, exploitation forestière, chasse, urbanisation, agriculture intensive, usage de pesticides… En France, leur présence dans les campagnes s’est réduite d’un tiers en 15 ans. Marielle, 15 ans, élève de seconde au lycée Bahuet, habite à la campagne. “Je vois souvent des merles, des corbeaux et on a trois chouettes autour de la maison.” Ce qu’elle apprécie dans cette exposition, “c’est de pouvoir observer les oiseaux d’aussi près”.

Certains forcent l’admiration avec leur panache grandiloquent, d’autres ne découvrent leur beauté qu’à celui qui se penche pour la regarder… Reste que tous, si brillamment rassemblés, sont riches d’enseignements à plus d’un titre. Ils sont autant l’occasion de prendre conscience de notre responsabilité que de découvrir la richesse de la collection ornithologique du musée Labenche qui abrite une grande variété de pièces. Moins de 6.000 objets sont exposés en permanence au public sur les 65.000 que compte la collection. Quid du reste ? Les autres pièces sont soigneusement conservées en attendant d’être sorties de leur réserve. A découvrir jusqu’au 24 mars. Entrée libre.

A noter que différentes actions de médiation sont organisées dans le cadre de cette exposition:

– atelier émail autour du thème de l’oiseau avec Amandine Barry, émailleuse d’art. Vendredi 17 janvier de 18h à 20h au musée Labenche. 7 euros. Réduit: 3,50 euros. (18 personnes maximum). Sur réservation: 05.55.18.17.70

– pour le jeune public: visite-atelier. Découverte de l’exposition temporaire et création d’un oiseau en argile dans son nid (mercredi 26 février, 10h-12h, pour les enfants de 4 à 7 ans, 3,50 euros par enfant et gratuit pour les parents) et création d’un oiseau en gravure à la pointe sèche (mercredi 26 février, 14h30-16h30, pour les jeunes de 8 à 15 ans. 3,50 euros par enfant.)

– conférence: à l’écoute des oiseaux par Jean-Michel Teulière, ornithologue. Samedi 28 mars de 15h à 17h au musée et au kiosque à musique du parc de la Guierle. Au programme, reconnaissance d’oiseaux communs, écoute de chants d’oiseaux, observation des spécimens puis sortie au parc de la Guierle. Gratuit.

Infos: museelabenche.fr

 

 

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire