L'actualité en continu du pays de Brive


" Le mot résister doit toujours se conjuguer au présent "

intro anacr

Standing ovation pour le secrétaire d’Etat Kader Arif après son discours au congrès national de l’ANACR (Association nationale des anciens combattants et amis de la résistance) qui se tient à Brive pendant trois jours. Avec la volonté affichée de “poursuivre le combat des résistants contre le fascisme”.

la salleIls et elles sont 550 venus de toute la France, 50 départements exactement, pour assister à leur congrès national. Parmi eux, de moins en moins d’anciens résistants, en cette année de commémoration du 70e anniversaire de la Libération. D’où aussi cette volonté plus prégnante dans les rangs de transmettre les valeurs et le flambeau de celles et ceux qui ont participé au combat antifasciste. Une certaine vigilance aussi. “La menace est sérieuse avec la résurgence à travers l’Europe des idéologies xénophobes, racistes et démocratique vaincues en 1945”, a souligné Louis Cortot au nom des 3 autres co-présidents nationaux. Un des 18 derniers compagnons de la Libération.

livreTous disent évidemment un immense merci au ministre qui su apporté un accord final à leur longue revendication en instaurant la journée nationale de la résistance du 27 mai, célébrée pour la première fois cette année. “Il est de notre pleine et entière responsabilité de citoyen de transmettre cette mémoire de sacrifice de nos aînés, dont l’âge de l’insouciance fut celui du devoir qui porte un nom: courage”, a pesé Kader Arif dans un silence scrupuleusement attentif. “Engagement, humilité, solidarité des peuples, fraternité, dignité humaine, liberté, mémoires des pierres…” autant de valeurs qui auront trouvé écho dans l’assemblée. “Le Limousin terre de résistance n’en est pas moins terre de martyrs”, a rappelé le secrétaire d’Etat. En concluant : “Le mot résister doit toujours se conjuguer au présent”. Le représentant du gouvernent s’est aussi voulu rassurant sur les mesures d’aides sociales pour le conjoint survivant, la carte du combattant pour les “soldats oubliés, ceux de la Finul…

monsieur le maireSa venue était d’importance en cette année qui voit inscrire cette journée dans le calendrier mémoriel de la nation. “Il va falloir la faire vivre dans la durée, car elle ne saurait se réduire des dépôts de gerbes et cérémonieux devant les monuments et stèles”, a exhorté le secrétaire général de l’association Jacques Varin en conclusion du rapport fleuve du bureau national.

Venu souhaiter la bienvenue aux congressistes de retour à Brive – l’Anacr y avait déjà tenu un congrès en 1978, le maire Frédéric Soulier a exprimé “un éternel sentiments de dette” envers “ces hommes et ces femmes qui se sont engagés dans ces moments difficiles”, saluant en eux “des éveilleurs de conscience pour mieux appréhender les épreuves du passé et de demain”, les remerciant pour leur “passion de transmettre le flambeau des idéaux du comité national de la résistance dans le refus des extrémismes de tous bords”.

Les congressistes se sont ensuite rendus à Tulle pour une cérémonie officielle d’hommage aux résistants et martyrs morts en présence du secrétaire d’Etat. Les travaux se poursuivront tout le week-end pour s’achever dimanche par le Chant des Partisans et la Marseillaise.

public1

public2

 

secretaire d etat et les resistants

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire