L'actualité en continu du pays de Brive


Le grand rabbin de France au square des Justes

intro-grand-rabbin-de-france

“La laïcité nous permet de nous voir tous comme des concitoyens”, affirme le grand rabbin de France. Invité à Brive par l’ensemble scolaire Edmond-Michelet et la délégation générale du Souvenir français, Haïm Korsia qui animera ce soir à 20h30 une conférence gratuite à Bossuet, a déposé une gerbe au square des Justes.

 

 

grand-rabbin-1“La stèle est magnifique. J’ai compté, il y a 18 Justes, c’est énorme pour une seule ville“, se réjouissait en fin de matinée Haïm Korsia devant le monument dressé à l’angle du boulevard docteur Marbeau et des rues Dumyrat et Sœur Sophie-Maillard. “18 en valeur numérique en hébreu, c’est le symbole de la vie“, précisait-il. Et c’est bien de cela dont il s’agit puisque la distinction de Justes parmi les nations désigne ceux qui ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs. “Quiconque sauve une vie, sauve l’univers tout entier”, rappelle un passage du Talmud gravée sur la stèle.

“Il y en a environ 37.000 en France, plus tous ceux qui l’ont fait sans être reconnus, ce qui en dit beaucoup sur la capacité de la France”, s’incline le grand rabbin qui estime que la société “a besoin de réenchanter le principe de fraternité“.

grand-rabbin-portes-drapeaux“Vous pouvez illuminer la vie de quelqu’un en lui tendant la main”. Élu par ses pairs en juin 2014, Haïm Korsia représente la communauté juive de notre pays, la plus importante d’Europe avec plus de 500.000 personnes. Unanimement reconnu pour sa volonté affirmée de rapprocher les communautés et de favoriser le dialogue interreligieux, il prône partout où il passe des valeurs de tolérance et de vivre ensemble. “Il est important de garder des liens de confiance et de rester fidèle à nos principes. La laïcité nous permet de nous voir tous comme des concitoyens”, affirme-t-il. Haïm Korsia animera d’ailleurs ce soir à 20h30 à Bossuet une conférence sur ce thème d’actualité “République et laïcité” (entrée gratuite).

Cet après-midi, il se rendait également dans le village de Jugeals-Nazareth pour visiter le kibboutz, le seul français, où de de jeunes juifs fuyant le régime hitlérien ont trouvé refuge de 1933 à 1935 et préparé leur arrivée en Terre promise. “Un kibboutz en terre corrézienne, ça m’a toujours épaté”, en rappelant selon un principe universel qu’il était indispensable de “travailler la terre pour la conserver et la transmettre car nous sommes tous attachés aux autres”.

grand-rabbin-2

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire