L'actualité en continu du pays de Brive


Le Centre de gériatrie et de gérontologie clinique inauguré

intro pole gerontologique

L’hôpital de Brive vient d’inaugurer son Centre de gériatrie et gérontologie clinique, C2GC. Cette structure innovante et exemplaire de par sa conception regroupe en un seul lieu l’ensemble des offres de soins en direction des personnes âgées: consultations, accueil de jour, soins ambulatoires, de suite, de longue durée, court séjour, expertise… Le public pourra découvrir librement cette structure en circuits de visite lors d’une journée portes ouvertes demain samedi 30 avril de 10h à 16h.

 

le ruban“C’est un grand moment pour le territoire“, a salué le maire Frédéric Soulier, également président du conseil de surveillance de l’hôpital, lors de l’inauguration qui s’est déroulée ce vendredi 29 avril en début d’après-midi. L’ouverture officielle se fera quant à elle le 9 mai et en différé pour ce qui relève de l’hôpital de jour, en septembre prochain.

C2GC, voilà un sigle avec lequel il faudra désormais compter et qui se détache en lettres rouges sur la façade blanche en moucharabieh. Le bâtiment sur 3 niveaux se dresse en avant-poste de la tour hospitalière, à même le boulevard Verlhac. Une position symbolique qui affiche aussi ce vers quoi veut tendre l’hôpital de demain en apportant, à l’image de ce qui a été réalisé auparavant par exemple avec le pole d’oncologie, une réponse la plus adaptée aux besoins de la population, en l’occurence ici vieillissante, de son territoire.

salle de reeducationDans ce lieu novateur, tout est recentré sur la gériatrie jusque là cantonnée au 7e étage du bâtiment central, avec quelquefois des patients disséminés dans d’autres services. “Le C2GC regroupe l’ensemble des offres de soins en direction des personnes âgées, qu’elles soient ou non atteintes de pathologies neurodégénératives, avec un accès à une consultation spécifique, un plateau de recours et d’expertise“, résume son chef de pôle, le docteur Florence Gourdeau Nauche. Bref, une prise en charge spécialisée et individualisée dans un panel de services et dans une logique de “filière”. Y oeuvreront 192 professionnels dont 13 médecins.

visite chambre les personnalites“Il s’agit de pouvoir donner la bonne réponse, au bon endroit et au bon moment, de mettre la personne âgée dans le meilleur environnement par rapport à sa situation.” Avec des solutions qui peuvent aller de la simple consultation mémoire, sur place ou à domicile grâce à l’équipe mobile, jusqu’à une hospitalisation plus ou moins longue, en passant par des soins ambulatoires, un hébergement renforcé, un hôpital de jour, également un accueil de jour (qui existait auparavant à Bel Air) pour la stimulation cognitive et soulager les aidants…  “Nous sommes dans une nouvelle façon de travailler plus en amont, qui rompt avec l’attentisme.” En clair, ne plus traiter que dans l’urgence. “Il faut anticiper sur la notion de fragilité qui peut faire basculer dans la dépendance.” Les patients pourront ainsi venir à la journée pour travailler leur réautonomisation ou du thérapeutique.

jardin jardinieres“La conception du bâtiment n’a pas été le fruit du hasard. Nous avons écrit les fonctionnements avant les murs. Nous avons pensé aux patients comme au personnel, aux deux”, insiste le chef de pôle. Lumière naturelle partout, musique douce, petits espaces aménagés, couleurs et matières savamment étudiées, mobilier design et lits adaptés, des chambres équipées de chemins lumineux se déclenchant automatiquement, des salles de soins centrales pour faciliter le travail des soignants, tout comme les rails de manutention dans chaque chambre, et beaucoup de terrasses ou jardins qui peuvent se prêter aux activités thérapeutiques…

“Ce n’est pas aseptisé et froid. Nous voulions une ambiance apaisée et apaisante.” Comme un hôpital qui sait se faire oublier pour mieux soigner. C’est la notion très actuelle du care, du “prendre soin”. Un plateau technique de haut niveau tout autant qu’un changement de culture, en décloisonnement et transversalité.

terrasse“C’est un effort de réorganisation interne de l’hôpital pour mieux organiser sa réponse”, repositionne le directeur de l’hôpital Vincent Delivet. Cet outil s’imbrique en effet dans le dispositif déjà en place et se veut au service des professionnels de santé du territoire, en premier chef les médecins traitants, dans la cadre d’un parcours de santé personnalisé, le fameux PAERPA (lire notre précédent article en cliquant ici).

“Chacun doit jouer son rôle, revoir ses pratiques pour individualiser la prise en charge tout en gérant la personne dans sa globalité.” Avec un travail qui doit être enclenché avec ces professionnels de santé sur la prévention du vieillissement et son accompagnement.

Au-delà du geste technique, si cette prise en charge se veut, selon le docteur Gourdeau, “sanitaire”, “humaniste”, “éthique”, voire “culturelle” et surtout “dynamique”, il s’agit aussi pour le directeur de rationaliser les parcours de santé et les coûts afférents. Cet investissement ouvre aussi des perspectives pour les autres secteurs de l’hôpital. “En première conséquence, avec la place laissée libre par la gériatrie au 7e étage”, annonce Vincent Delivet. “Nous allons pouvoir aménager sur un seul niveau les activités ambulatoires en chirurgie et en médecine (ce qu’on appelle l’hôpital de jour, NDLR), augmenter le nombre de chambres à une place et faciliter la réorganisation interne pour suivre les évolutions des besoins de santé.” Un hôpital toujours en devenir.

une chambre lit medicaliseLe projet de C2GC aura coûté 16,49 millions d’euros TTC (15,79 millions d’euros pour la construction et 1,7 pour les équipements médicaux, matériels et mobiliers). Un budget financé à 54% en autofinancement et à 46% par l’emprunt.

L’hôpital propose une journée portes ouvertes demain samedi 30 avril de 10h à 16h afin de permettre au public comme aux professionnels de découvrir ce nouveau lieu d’accueil et de prise en charge de la personne âgée. Des groupes de visite seront organisés par les professionnels du pôle de gériatrie tout au long de la journée. Il suffit de s’y rendre.

 

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire