L'actualité en continu du pays de Brive


L’aviron, une discipline phare sur le lac

DR

Avec les championnats de France UNSS et FFSU ce week-end puis les régates internationales masters en fin de mois, le CSNB embarque à plein dans la discipline reine sur le lac du Causse.

Si le Club des sports nautiques de Brive brasse aussi voile et canoë-kayak, son activité phare reste l’aviron, qui draine quasiment l’intégralité de ses 150 licenciés. Avec une figure de proue : Julien Zonderland, 20 ans, pur produit club qu’il a intégré dès l’âge requis des dix ans. Le champion de France junior, finaliste aux Mondiaux de Tokyo, porte toujours les couleurs brivistes même si ses études l’ont poussé vers d’autres horizons, à l’image de nombre de jeunes passés par ce club formateur bien ancré dans son territoire.

« Nous fonctionnons depuis plus de 20 ans en partenariat avec le collège de Larche qui dispose d’une section sportive aviron », explique le président Mickaël Bousquet, lui aussi pur produit club depuis ses dix ans. Avec ce beau vivier, le collège larchois devrait évidemment aligner des bateaux pour ces France UNSS qui se disputeront les 14 et 15 mai sur le lac du Causse. Tout comme le lycée Cabanis qui compte aussi plusieurs rameurs.

Ce deuxième week-end de mai promet d’être intense puisqu’il se double des France FFSU. Les deux championnats vont drainer quelque 1 200 rameurs, tous types de bateaux pour les universitaires et en quatre pour le sport scolaire. « Avec les accompagnateurs, c’est plus de 1 500 personnes sur le week-end », estime sereinement le président. Presque une routine pour un bassin qui ne compte plus le nombre de compétitions accueillies en près d’un quart de siècle.

Car le CSNB se propulse tel un rameur sur deux appuis : la formation et l’organisation. « Le tout premier championnat de France UNSS organisé sur le bassin remonte à 1999. » Le début d’une longue liste qui s’est étoffée avec l’amélioration du plan d’eau pour recevoir jusqu’à deux mondiaux, universitaires et juniors. Habitué des épreuves nationales, le bassin se prépare d’ailleurs à recevoir l’an prochain les championnats d’Europe juniors.

« C’était une volonté commune au club et à la Ville de retrouver une dimension internationale, ce qui n’était pas arrivé depuis 2009. » Le club a aussi généré un fort courant en lançant l’an dernier des régates internationales masters, prévues déjà en mai, mais reportées en octobre par la crise sanitaire. Un nouveau défi pour les 27 ans et plus. « Ça manquait : il existe bien un championnat de France, mais pas de grosse compétition pour s’y préparer, comme c’est le cas dans d’autres pays », argumente Mickaël Bousquet. « Ça a été un succès immédiat, on a eu plus de 1 400 engagés, des Français, mais aussi des étrangers dans la perspective des Mondiaux masters. »

La deuxième édition aura donc lieu du 27 au 29 mai. À un mois des France. « On s’assure la venue de tous les Français. C’est aussi un week-end à rallonge, ce qui sert le public masters qui se déplace souvent en famille. » Le président en espère autant cette année. Une belle aubaine en termes de retombées touristiques pour tout le bassin. Le club peut compter sur ses atouts : « une équipe organisatrice qui sait se renouveler, un potentiel de bénévoles, l’appui des collectivités et la configuration du lac toujours ramable même avec du vent ». Une politique sportive qui n’empêche pas le CSNB de proposer des activités plus loisirs comme l’AviFit, un cours d’aviron fitness indoor sur machine et en musique. »

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

17 + 9 =