L'actualité en continu du pays de Brive


Labenche a rouvert tout en Curiosités

Après 14 longs mois de travaux de restructuration, le musée Labenche a rouvert ce vendredi soir et les visiteurs, nombreux, ont pu admirer tout le week-end la modernité des aménagements comme la très belle exposition Curiosité(s).

Un placide percheron a d’abord remonté l’allée pavée en tractant son énigmatique roulotte. À l’intérieur, se déchaina alors un orage zébré d’éclairs tonitruants. Vision surréaliste qui a suscité la perplexité du public venu assister à la réouverture. C’est cette curiosité teinte d’émerveillement qui a porté les visiteurs au fil de la soirée. Une soirée comme un week-end “portes ouvertes” afin de permettre à tous d’apprécier la métamorphose de ce lieu emblématique.

“Nous retrouvons notre Labenche”, a entonné fièrement le maire Frédéric Soulier en remerciant tous les partenaires de ce chantier qui a nécessité 14 mois de travaux et un investissement d’1,5 million d’euros. “C’est une nouvelle page de la vie du musée déjà fort de 205 années d’existence. Cette mue culturelle est un vrai bonheur avec une offre revisitée, de nouveaux espaces, de nouveaux usages, une dimension moderne. Ce lieu va devenir une vraie curiosité”, a t-il parié en reprenant le titre de la première exposition théâtralisée qui y est proposée.

Une métamorphose saluée par la DRAC Nouvelle-Aquitaine qui accompagné ce projet au long cours, saluant la nouvelle approche tout autant que la montée en gamme que ce soit pour l’accueil du public, son accessibilité, l’amélioration au niveau énergétique ou en matière des conditions d’exposition des collections.  “C’est un musée très attachant avec une grande richesse des collections, de variétés de thèmes et un service des publics remarquable avec des actions pour tous les âges.” Preuve de cet engouement, les diverses animations proposées ce week-end ont fait le plein que ce soit les visites guidées, les récitals de Paul Beynet sur le piano Debussy, l’atelier jeunesse ou la conférence sur les MNR, ces œuvres spoliées au destin tragique, pour lesquelles Labenche est le seul musée de France a consacré un espace dédié. Labenche a très bien commencé a écrire cette nouvelle page.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

cinq × 4 =