L'actualité en continu du pays de Brive


La voie verte tout du long

C’est fait : les 350 derniers mètres de voie verte ont été ouverts ce week-end. Il est désormais possible de relier les deux plaines de jeux et de traverser ainsi Brive en longeant la Corrèze. Un cheminement en mode tout doux que vous êtes nombreux à apprécier, d’autant plus en ces temps de confinement.

C’était le dernier tronçon pour permettre la traversée complète de Brive. Quelque 350 mètres entre les deux ponts du Buy et Tourny. Et non des moindres. Il aura fallu sept mois de chantier. Le tronçon emprunte la rive droite de la Corrèze, dans le prolongement de celui débouchant du parc des Trois Provinces, un débouché qui a d’ailleurs été légèrement redessiné pour s’aligner en continuité. Car la première difficulté rencontrée a été d’aménager une rampe rejoignant la berge avec une pente ne dépassant pas 3 à 4 % pour permettre l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Il a aussi fallu effectuer des déconstructions de fonds de jardin, des travaux de dessouchage et consolidation, d’enrobage.

Le cheminement, d’une largeur de 3 mètres, est équipé, comme le reste de la voie verte, de plantations, bancs, mobilier urbain et éclairage LED avec amplification par détection de présence. Ouvert depuis ce week-end, ce tronçon permet de relier désormais les deux plaines des jeux est et ouest. Il est raccordé dans un premier temps en rive gauche au jardin de la Guierle avant de trouver son cheminement définitif dans le cadre du réaménagement de l’avenue Maillard prévu pour 2024.

Il n’est pas inutile de préciser que cette voie verte est ouverte à tous les usagers non motorisés, ce que l’on appelle les mobilités « douces ». Elle constitue de ce fait un espace de convivialité, et de sécurité, pour les personnes à mobilité réduite, les piétons, les cyclistes et autres rollers. Un espace à se partager. À chacun d’adapter son usage, son comportement, sa déambulation, et pour le cycliste et autre adepte des rollers ou de la trottinette électrique, de réduire sa vitesse et de maîtriser sa trajectoire, pour le respect des autres.

La voie verte offre ainsi une nouvelle respiration pour la ville, une jolie balade au fil de l’eau, un cheminement paisible, agréablement paysager. Une voie de promenade tout autant que de déplacement qui est très appréciée et empruntée. Cette voie verte permet ainsi aux habitants de se réapproprier des berges auparavant à usage économique puis privé et désormais de loisirs, de profiter d’une vue différente sur la ville, même depuis les voies de circulation. Et c’est ce qui en fait l’indéniable succès.

Portée par l’Agglo de Brive, rappelons que cette voie verte relie la gare d’Aubazine en amont à la confluence d’avec la Vézère en aval. Une jolie balade d’environ 18 km. Sur la commune de Brive, cette traversée respiratoire s’étire sur près de 11 km, dont 2,5 km en partie très urbaine, de la passerelle du Prieur au pont du Puy. C’est l’aboutissement d’un chantier au long cours, démarré en 2018 depuis l’Île du Roi, en remontant progressivement la rivière avec l’acquisition d’une cinquantaine de parcelles, par voie amiable pour la plupart. Le budget de ce tracé briviste s’élève à près de 3 millions d’euros qui a bénéficié à près de 54 % de subventions (FEDER, État, Région, Département). Ce que l’on peut légitimement qualifier de belle réalisation.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Mot clé

3 commentaires

Laisser un commentaire

sept + quatorze =