L'actualité en continu du pays de Brive


La rue Jean-Claude Cassaing inaugurée

La plaque dévoiléeLa rue Jean-Claude Cassaing  a été inaugurée. Amis, famille et élus ont rendu hommage à cette personnalité  politique et universitaire disparue en 2003.

Le 12 avril 2003, Jean-Claude Cassaing disparaissait dans un accident de voiture. Le 29 septembre 2005, Bernard Murat proposait de donner le nom de l’ancien député socialiste à une rue de Brive. Celle-ci était inaugurée samedi dernier en présence de très nombreux amis et élus. La plaque a été dévoilée par ses deux petits enfants Solea et Milo.

Né au Maroc en 1942, Jean-Claude  Cassaing avait effectué  ses études en khâgne à Lyon, puis à la Sorbonne, avant d’être reçu à l’agrégation de lettres en 1967. Nommé au lycée Edmond Perrier à Tullle, il enseigna finalement au lycée Cabanis où il rencontra Henriette, professeur de musique qui devint son épouse, et avec qui il aura deux fils, Jean-Pierre et François. 

Discours Henriette CassaingIl participa à la création de la nouvelle université de Limoges où ce spécialiste de Zola et de la littérature du XIXe siècle enseigna avec passion. Maître de conférence, il terminera sa carrière  comme inspecteur général de l’Education nationale.

En 1971, il adhérait au PS et se présentait une première fois aux législatives en 1978 à Brive. Battu par Jacques Chaminade, il était élu  en 1981. Son activité parlementaire sera notamment marquée par la loi Savary sur l’enseignement supérieur dont il a été le rapporteur.

Il a été également conseiller général du canton de Brive Nord Ouest de 1982 à 1992, et conseiller municipal de Brive sous l’ère de Jean Charbonnel de 1983 à 1995. Il sera enfin conseiller régional de 1986 à 2003, vice président en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’université lui a rendu hommage en créant le prix Jean-Claude Cassaing récompensant trois types de travaux de recherche débouchant sur une thèse, une innovation ou une création d’activité.

Discours de Robert SavyLe député maire Philippe Nauche a évoqué l’empreinte qu’a laissé cette forte personnalité. « Brive et toute la gauche corrézienne lui doivent beaucoup. Je lui avais dédié ma victoire aux municipales en 2008, car il a été mon père  politique. Il me manque tous les jours. Régulièrement, je me demande: qu’aurait-il fait s’il avait été à ma place, et est-ce qu’il m’aurait engueulé? »

Robert Savy garde  le souvenir de sa « grande rigueur intellectuelle ». « Nous avons partagé », a ajouté l’ancien président de la Région, « cette aventure exceptionnelle qu’est la naissance d’une institution. Pour lui l’important n’était pas d’être quelque chose, mais de faire quelque chose ». 

Henriette Cassaing a conclu cette évocation avec beaucoup d’émotion. « Une fois encore vous entourez Jean-Claude comme vous l’avez fait durant ses nombreuses campagnes. Il n’aimait pas les décorations, mais une rue c’est différent. Elle appartient à tout le monde, c’est un lieu de rencontre et d’échanges, c’est déjà presque un espace politique  et un lieu de lutte sociale ».

Amis et élus s'étaient rassemblés

Michel DUBREUIL

Michel DUBREUIL

Laisser un commentaire

9 + 14 =