L'actualité en continu du pays de Brive


La place Charles de Gaulle livre de nouvelles découvertes

Les archéologues ont prélevé avec précautions les ossements aquatiques

Il n’aura pas fallu attendre les fouilles approfondies qui doivent avoir lieu en juillet prochain. Les travaux menés actuellement sur les réseaux d’eau au bas de la rue Gambetta ont mis au jour de nouvelles découvertes. Cette fois, pas de sépultures, ni de vestiges de constructions, mais des ossements d’animaux aquatiques qui interpellent les archéologues.

Les spécialistes n’auront donc pas tardé à revenir rapidement sur place, sur une partie non exploitée lors de leurs fouilles préventives en février-mars dernier. Ce tronçon au croisement de la rue Gambetta et Massenat n’avait alors pas suscité d’attention particulière de la part des archéologues puisqu’une vingtaine d’années auparavant des travaux sur les conduites y avaient déjà été menés sans révéler de quelconques informations.

DécouverteC’est l’extraction d’une grosse conduite qui aura provoqué un affaissement, sans cette fois déclencher une fuite de gaz, mais dévoilant ainsi des ossements épars dont l’origine reste “inédite” pour les spécialistes. Ceux-ci ont très vite écarté une appartenance humaine pour privilégier la source animale. D’après leurs premières constatations, ces ossements dont beaucoup de débris, remonteraient à plusieurs millénaires car ils adhéraient au sol “initial”, celui qui existait avant que le premier homme ne s’installe dans ce qui deviendrait la celtique Briva.

Les précieux éléments ont été prélevés pour des analyses approfondiesDes éléments semblent cependant indiquer qu’il s’agirait d’animaux aquatiques d’une envergure conséquente dont l’espèce n’a pu être pour l’heure définie, “certainement de l’ordre cetacea”, donc des cétacés, donc des mammifères aquatiques. En tout cas, une réelle surprise! Cette découverte ne nous ramène pas, comme les précédentes, au 10e ou même au 8e siècle, mais bien avant. A une époque où l’océan recouvrait la Corrèze. Il y a plusieurs centaines de millions d’années.

Les précieux ossements ont été précautionneusement emballés pour de plus amples analyses dont les résultats ne devraient pas trop se faire attendre. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés dès lundi prochain. Les pelles mécaniques se sont quant à elles déplacées de quelques mètres afin de poursuivre le chantier qui ne devrait pas connaître trop de retard.

*******

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire