L'actualité en continu du pays de Brive


La nouvelle rue Gambetta

Reunion de quartier centre ville1pano

Le projet de réaménagement de la rue Gambetta était présenté hier soir aux commerçants de cette artère du centre-ville. Attendus depuis plusieurs dizaines d’années selon certains, les travaux devraient commencer en février prochain et durer entre 4 et 5 mois. Moins de circulation, plus de convivialité, plus de végétation, le projet a reçu un accueil très positif de la part des commerçants.

 

Reunion de quartier centre ville2Une telle unanimité est assez rare pour être soulignée. Il faut dire que, comme l’ont souligné plusieurs commerçants installés de longue date, cela faisait plus de 10 ans qu’ils attendaient que cette rue importante du centre soit remise en état. A la grande satisfaction de Jean-Pierre Vernat, adjoint chargé de l’aménagement urbain et de Franck Peyret, en charge du commerce, de l’artisanat et de l’attractivité du centre-ville, la trentaine de professionnels présents se sont tous montrés satisfaits du projet présenté sous la forme d’un film d’animation en 3D, réalisé par les services de la Ville. D’autant plus satisfaits que, sur différents points, leurs choix ont été entendus et pris en compte.

Ainsi, ce sont eux qui ont déterminé que la future rue Gambetta sera en sens unique entrant, de la place Thiers en direction de la Collégiale, et qu’en terme de stationnement, une certaine souplesse, et peut-être une période test, seront nécessaires avant d’arrêter les choses. Actuellement, il y a 31 places de parking dans la rue, le projet en prévoit 34 après travaux, mais les riverains, dont certains étaient également présents hier soir, en souhaiteraient moins. A ce sujet, les élus ont répété que la discussion reste ouverte mais un consensus devrait rapidement être trouvé. A noter que toutes les places de stationnement seront désormais en 30 minutes, comme ce qui devrait se faire dans tout le centre-ville.Reunion de quartier centre ville5

L’esthétique de la rue sera, à terme, fondamentalement changée. Déjà, 2 petites courbes vont être créées pour, entre autres, contenir la vitesse. Ensuite, à l’image de tout ce qui s’est fait ou se fera dans le centre-ville, l’axe sera en plateau, c’est à dire qu’il n’y aura pas de différence de hauteur entre la chaussée et les trottoirs, ce qui simplifie le stationnement et l’accessibilité. Les trottoirs seront pavés pour respecter une certaine uniformité visuelle avec la place de la Collégiale. La chaussée, elle, sera réalisée dans un revêtement particulier, durable et assez silencieux. Reunion de quartier centre ville6Les places de parking se feront de part et d’autre, en décalé, avec à chaque fois un intervalle de végétaux. Enfin, l’éclairage se fera par led, en lieu et place des réverbères actuels.

Les travaux devraient débuter en février et s’étaleront sur 4 à 5 mois. L’interrogation de certains commerçants, hier soir, était de savoir s’ils pouvaient être faits en plusieurs fois. Certains voulant éviter d’être impacté au moment des soldes, d’autres, comme les métiers de bouche, préférant ne pas être touchés au moment de Pâques. Une inquiétude vite balayée par les élus et Olivier Nicaud, le directeur des services techniques, qui ont proposé de mettre en place un phasage des travaux et le maintien, durant tout le chantier, d’une circulation minimum, qu’elle soit piétonne ou automobile.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

1 commentaire

  •    Répondre

    Les commerçants de Brive deviendraient-ils enfin raisonnables ? Auraient-ils enfin compris que la dynamisation du centre-ville, du commerce et de l’artisanat ne peut se faire que par une absence de circulation automobile et plus d’espaces pour les piétons ? Auraient-ils enfin découvert que dans toutes les agglomérations où le commerce fonctionne à plein, les centre-villes sont piétonniers ? Bordeaux, Toulouse, Limoges (de plus en plus), Strasbourg, Orléans, Nantes, Bayonne, pour les villes que je connais. Partout, les gens rapporteront qu’on prend plaisir à venir dans ces espaces entièrement dédiés aux piétons, qu’on s’y sent beaucoup plus en sécurité, qu’on s’y sent plus libre et qu’on a envie d’y passer plus de temps.
    A Brive, il reste encore du temps à passer, avant que l’intégralité du centre-ville soit entièrement piétonnier, mais quand tout le monde aura compris que la vie du centre-ville sera idéale, quand la circulation automobile en aura été bannie, des jours meilleurs seront arrivés pour les commerçants et les artisans.
    Avec les parkings en périphérie (Guierle, Thiers, Émile Zola), les commerces les plus éloignés ne sont jamais qu’à mois de 200 m, ce qui n’est pas la mer à boire !

Laisser un commentaire