L'actualité en continu du pays de Brive


La mairie formalise 15 places de travail d’intérêt général

La Ville vient de signer avec les services judiciaires une convention pour accueillir des personnes condamnées à effectuer des travaux adaptés. Des parcours de réinsertion qui visent à éviter la récidive et l’embouteillage des tribunaux. Ces postes sont répartis au sein des services municipaux comme la voirie, les espaces verts, la propreté ou la médiathèque. “C’est un message éducatif: tu casses, tu payes“, argumente le maire Frédéric Soulier dans le cadre d’une politique de sécurité qui s’appuie sur un partenariat renforcé avec les acteurs locaux.

 

TIG (Travail d’intérêt général) et TNR (Travail non rémunéré), l’un est inscrit au casier judiciaire, l’autre non mais les deux sont des dispositifs qui permettent d’éviter les incarcérations et souvent derrière une récidive. Encore faut-il que des postes soient effectivement prévus pour les accueillir. La mairie met ainsi à disposition de la justice 15 postes dédiés au sein de 9 services assortis de 9 encadrants. “Ces postes prennent en compte les éventuelles difficultés liées à l’absence de transport que pourraient rencontrer les personnes condamnées: tous sont desservis par une ligne de bus urbain”, précise Frédéric Soulier.”Il s’agit d’accompagner ces personnes, de leur faire découvrir le travail de nos agents et d’éveiller les consciences.”

Car cette convention a un objectif de réinsertion. “C’est un public qui a parfois perdu tout repère, ce qu’est le travail, le respect, avoir un rythme de vie. Cette démarche leur permet de se réinscrire dans la société.”, explique Hélène Gratadour, la présidente du tribunal de grande instance de Brive. “Les personnes condamnées à des TIG sont issues d’une grande précarité et n’ont pas les moyens de se déplacer”, abonde la juge d’application des peines, Carole Boudou. “Nous n’avons pas énormément de places sur Brive et il est important que les peines de justice prononcées puisent être effectuées.” Le tribunal dispose en effet de 30 à 35 places sur le bassin de Brive pour un volume annuel de 130 mesures de TIG prononcées.

La création de ces postes en mairie vient en complément des actions déjà menées dans le cadre du CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) avec le déploiement des caméras de vidéo protection et le développement des peines alternatives aux poursuites. Les chiffres du dernier CLSPD démontrent d’ailleurs l’efficience de ces synergies territoriales et les partenaires de la convention comptent sur le même effet vertueux. “Depuis 2014, sur 223 procédures de transaction, nous avons constaté un seul cas de récidive soit 0,4% et sur 162 procédures de rappel à l’ordre, deux cas soit 1,2%”, chiffre le maire.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire