L'actualité en continu du pays de Brive


La Luzège vient partager son “Feydeau!”

Le festival de la Luzège passe pour la première fois cet été par Brive, demain mardi 31 juillet à 21h au Théâtre municipal, avec sa pièce maîtresse Feydeau!. En fait deux textes féroces du dramaturge sur la vie de couple, Feu la mère de Madame et Hortense a dit je m’en fous, remis au goût du jour.

Feydeau clôture donc un mois de juillet qui a vu le Théâtre de Brive doubler son accueil d’itinérances estivales. Après l’historique festival de la Vézère, rejoint depuis 3 ans par MNOP et ses sons de la Nouvelle-Orléans, sont venus cette année s’ajouter 1001 Notes en Limousin et La Luzège. Fort de ses 32 ans, le festival haut corrézien a depuis longtemps essaimé depuis son ancien prieuré pour butiner à travers la diversité du département comme celle des registres. “Nous sommes un endroit de création où l’on fabrique du théâtre qui vient de toute la France, d’Italie, du Burkina-Fasso…”, explique son directeur Philippe Ponty, lui-même d’origine briviste et donc “très heureux d’ouvrir cette nouvelle page et de mélanger les publics”. Une passion en partage qui nous permettra d’apprécier “la création pivot” du festival.

Cet été, La Luzège distille trois créations, Britannnicus, Gretel et Hansel (qui sera d’ailleurs redonné pendant la prochaine Foire du livre à un public scolaire) et son Feydeau! coproduit avec le Bottom Théâtre et tout juste lancé ce 24 juillet à Aubazine. Il s’agit de deux pièces courtes de Georges Feydeau qui soulèvent le voile pudique de la vie à deux, lorsqu’elle dérape, que chacun accumule concessions et petites bassesses, mensonges et mauvaise foi. “Nous proposons un auteur comique qui parlent aux gens, en en faisant quelque chose de moderne et qui nous appartient”, explique le metteur en scène Fabrice Henry en décrivant le ressort comique. “Plus c’est terrible dans l’intimité, plus c’est drôle de l’extérieur.” Le public disposé en cercle est le témoin de cette “scène intime, drôle et violente”. “Ce sont aussi les seules pièces où les domestiques commencent à se rebeller et sortent de leurs rôles de simples ressorts comiques”, précise Fabrice Henry.

Acculés jusqu’au ridicule, les protagonistes touchent ainsi au tragique, et c’est le genre humain qui en prend pour son grade. “C’est débordant, cruel, hilarant et totalement actuel.” Loin de l’image un peu vieillotte que l’on peut se faire de Feydeau, c’est “cette puissante et joyeuse vitalité” que les comédiens portent sur scène.

Crédit photo: Patrick Fabre.

Mardi 31 juillet à 21h. Feydeau!
Feu la mère de Madame et Hortense a dit je m’en fous
2 pièces d’environ 45 min avec entracte
12 et 8 euros, gratuit moins de 8 ans
Infos au 05.55.27.90.57 et sur laluzege.fr.

 

Le spectacle sera également joué mercredi 1er août à Bort-les-Orgues, jeudi 2 à Tulle, vendredi 3 à St-Pantalon de Lapleau, dimanche 5 à St-Bonnet Avalouze, lundi 6 à Lamazière Basse, mardi 7 et mercredi 8 à Uzerche, vendredi 10 à Peyrelevade, mardi 14 à Champagnac-la-Noaille et mercredi 15 août à Soursac.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire