L'actualité en continu du pays de Brive


La concertation est ouverte sur le projet d’avenir pour le quartier Gaubre

pano

Sans attendre le futur projet ANRU qui sera mené à plus long terme, il est urgent de “redynamiser le quartier Gaubre”. Ce soir, une réunion publique présentera à 19h à l’école Jules Vallès les aménagements et actions qui pourraient être menées plus immédiatement: city stade, aires de jeux, terrain de pétanque, espaces verts, nouvelles activités… Cette concertation passera également par des permanences (les 11 et 20 janvier après-midi) avant une restitution publique le 25 janvier. Vous pouvez aussi apporter votre contribution directement sur le site brive.fr.

conf-de-presse-travaux-gaubre1-pano

Quartiers prioritaires de la politique de la ville, Gaubre et Rivet devraient être prochainement concernés par un projet de rénovation urbaine ANRU, comme celui qui a été mené aux Chapélies. Mais pour la municipalité, il est urgent de ne pas attendre le long terme: “C’est un quartier qui souffre d’un déficit d’image. Ses barres d’immeubles lui confèrent un aspect d’enfermement, ses espaces sont désertés, son école maternelle se vide et la rue Jean-Baptiste Toulzac le segmente de part et d’autre…”, liste Sandrine Maurin, adjointe au maire en charge de la cohésion sociale. “Il a pourtant des atouts et ses habitants y sont très attachés. Cette concertation a pour but de voir ce qui peut être fait dans l’immédiat pour le rendre plus attractif et ouvert sur le reste de la ville. Évidemment, les aménagements et actions devront s’intégrer dans le futur projet ANRU qui en est au protocole de préfiguration.”

conf-de-presse-travaux-gaubre7Le conseil de quartier s’est déjà penché en 2016 sur le sujet en proposant diverses actions. Des travaux ont d’ailleurs été validés dans le cadre du contrat de quartier: la création d’un city sport comme aux Chapélies et à Tujac, deux aires de jeux pour les plus petits, un terrain de pétanque. Des barrières de bois ont même été implantés pour délimiter et sécuriser les espaces. Reste à définir le devenir de la salle Georges-Simon.

Les services municipaux ont également planché sur des aménagements d’accompagnement qui pourraient aider à redynamiser le quartier: repenser les espaces verts, pacifier la circulation sur la rue Toulzac avec trois plateaux ralentisseurs… Des pistes sont encore à débattre: faut-il maintenir le nombre de garages? déplacer des locaux poubelles ou des panneaux publicitaires?…

Dans cet ensemble, il est aussi question d’implanter des activités: aménager un espace central pour la concertation, également un espace associatif afin de recréer de l’animation… et pourquoi pas y transférer la très active association TUCSS à l’étroit du côté de Tujac? Le projet envisage l’ouverture d’un appartement pédagogique qui accueilleraient les classes, mais aussi les habitants. On ne recense qu’une trentaine de ces appartements sur toute la France. Celui-ci pourrait être multi-thématiques, sur les éco-gestes, la sécurité domestique, l’eau consommée, les droits et devoirs des locataires…

conf-de-presse-travaux-gaubre6Reste en suspens le devenir de l’école maternelle de Gaubre. Depuis 2006, elle a perdu 39 élèves et ses 3 classes totalisent aujourd’hui seulement 56 enfants sur un espace de 825m2. “Notre volonté est de ne pas laisser dépérir cette école déjà pointée par l’Éducation nationale”, assure Sandrine Maurin.

“Mais si transfert il doit y avoir, nous accompagnerons les familles. Trois autres écoles peuvent accueillir les enfants dans un périmètre de 400m à 600m. Il y aura une certaine souplesse afin de ne pas séparer les fratries.” Dans ce cas, il faut trouver “une nouvelle destination à ces locaux en très bon état, accessibles, avec une cour entièrement refaite, des jeux aux normes”.

conf-de-presse-travaux-gaubre9Deux scenarii sont à l’étude pour “créer un pôle dont le rayonnement dépassera le quartier” . Il pourrait s’agir d’une approche économie insertion en installant une régie de quartier qui sera un support pour les habitants souhaitant s’investir dans leur quartier tout en bénéficiant d’une formation ou d’un accompagnement vers l’emploi. Une autre approche pourrait être tournée vers la famille, les loisirs et la culture. L’école pourrait ainsi accueillir des équipements municipaux qui s’adressent à tous comme le centre municipal d’arts plastiques ou/et la ludothèque. Ces hypothèses auraient l’avantage de drainer une population extérieures et jouer la mixité sociale“. Le lieu sera en tout état “un des moteurs de la redynamisation”.

conf-de-presse-travaux-gaubre2“Il faut des actions cohérentes, en concertation avec les habitants, qu’ils se sentent impliqués dans les décisions et s’approprient leur futur quartier”, insiste Sandrine Maurin. Un quartier qui compte aujourd’hui 1.782 habitants dont 36% ont moins de 25 ans et dans lequel le taux de chômage s’élève à 32% (contre 15% dans le reste de la ville).

La concertation sera continue sur le mois de janvier:

  • une réunion publique ce lundi 9 janvier à 19h à l’école Jules-Vallès,
  • des permanences salle Georges Simon, mercredi 11 janvier de 15h30 à 17h30 et vendredi 20 janvier de 15h à 17h30, en présence de Sandrine Maurin,
  • une adresse mail dédiée quartier-gaubre@brive.fr,
  • une contribution ouverte dès la page d’accueil du site brive.fr,
  • une réunion publique de restitution, mercredi 25 janvier à 19h, à l’école Jules-Vallès.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire