L'actualité en continu du pays de Brive


La Boucherie des Beaux Vallons

Mathieu Delmond et Léa Fortunato ont repris la boucherie Cérou, 22 rue Colonel Faro. Lui, boucher charcutier de métier, y a travaillé il y à 7 ans avant de partir chez Lenôtre à Paris. “Les Beaux Vallons” est le nom du Gaec de ses parents agriculteurs dont ils entendent bien à terme écouler les produits.

La transition s’est faite en douceur pour les clients comme pour eux. “Monsieur Cérou a rouvert, nous avons travaillé pour lui comme salarié pendant quelques mois, le temps de régler toutes les démarches, et nous avons officiellement repris le 1er avril.” Tous les deux sont Brivistes. Lui formé aux CFA Les Treize ventes à Tulle, a travaillé sous plusieurs enseignes, chez Charrier, Cérou, un traiteur à Objat avant de s’exiler 4 ans à Paris chez Lenôtre.

Elle vient de la coiffure: “Il y a toujours un objet tranchant”, plaisante-t-elle avant de rebondir: “il y a le même contact à la clientèle”. La trentaine approchant et l’arrivée d’un bébé les ont poussés à retrouver Brive – “un cadre de vie plus agréable” – et devenir du même coup leurs propres patrons.

“C’est une belle affaire et nous nous inscrivons dans la lignée boucherie charcuterie traiteur .” Avec un produit phare: “le jambon blanc fait maison, on en fabrique 120 kg tous les 15 jours”. Et s’ils ont repris le nom du Gaec familial qui élève veaux sous la mère et porcs, c’est évidement dans le but de s’inscrire à terme dans ce circuit court et de mieux maîtriser l’origine de leurs produits.

Du mardi au samedi de 8h à 13h et de 15h à 19h sauf mercredi après-midi. Infos au 05.55.24.05.21 et bientôt page Facebook.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

  •    Répondre

    Bonjour, une petite coquille dans votre article…

    La boucherie des Beaux Vallons qui a repris l’ancienne boucherie Cérou n’est pas située au 22 rue de la République mais au 22 de la rue Lieutenant-Colonel Farro.

    Bonne journée à vous.

Répondre à Gilles FABRE Annuler