L'actualité en continu du pays de Brive


La billeterie de Brive festival s'enflamme !

A la faveur d’une conférence de presse qui se tenait ce matin dans la cour d’honneur de la mairie de Brive, le directeur de l’Office de tourisme Stéphane Canarias a confié son espoir de voir les spectacles de Brive Festival 2014 faire « plage » comble

Stéphane CanariasL’optimisme est de mise à l’Office de tourisme de Brive agglomération, organisateur de Brive Festival. « Nous avons déjà vendu 60% des places. Nous avons bon espoir d’être à guichet fermé sur les trois soirées concerts des 18, 19 et 20 juillet », a indiqué ce matin Stéphane Canarias, directeur de l’Office de tourisme, lors d’une conférence de presse dans la cour d’honneur de la mairie.

Son vœu de faire « plage » comble est tout à fait réaliste puisque les réservations sur les soirées des vendredi (Florent Marchet, Hollysiz, Vanessa Paradis) et dimanche (Féfé, Renan Luce, Zaz) sont déjà très nombreuses. Et même si la soirée du samedi (Cats on Trees, Yodelice, Plaza Francia, Gaetan Roussel) est un peu en deçà que les deux autres, le nombre d’entrées vendues dépasse celui pour le spectacle donné par Christophe Maé l’an passé, concert qui avait fait le plein avec 4.200 spectateurs !

Frédéric Soulier, à la fois maire de Brive, président de l’Agglo et président de l’Office de tourisme, n’a pas caché son enthousiame : « Nous savons que le tourisme est bon pour l’économie, et notre ligne directrice est donc de travailler à faire de Brive une destination de consommation. Ce temps fort autour de trois jours de concert, avec des artistes pas toujours faciles à décrocher, est donc une excellente chose, et génèrera des retombées pour la ville ».

Frédéric Soulier, entouré par Yves Gary, vice-président de l'Agglo, et Stéphane Canarias, directeur de l'Office de tourisme de Brive AgglomérationAvec des hôtels « déjà très remplis sur cette période, et même complet pour certains d’entre eux » selon Stéphane Canarias – sans doute à la faveur du festival pour lequel 500 pass ont déjà été vendus -, les retombées économiques devraient donc devenir une réalité.

Sauf, peut-être, si le conflit des intermittents s’invite à la fête. « Les intermittents avec qui nous travaillons en tant qu’organisateur ne feront pas grève », assure Stéphane Canarias. « Mais nous ignorons ce que décideront ceux qui travaillent pour les artistes ».

Pourtant, là aussi, l’espoir est de mise : « Nous comprenons cette mobilisation », a indiqué le directeur de l’Office de tourisme, « mais je pense aussi que des annulations sur les festivals d’été auraient pour conséquence une chute du nombre des contrats pour les intermittents l’année suivante. Ce serait le serpent qui se mord la queue ».

Au regard de l’explosion des ventes de places pour les concerts de Brive Festival, on peut penser que les spectateurs partagent eux aussi la conviction que les concerts auront lieu, et que la fête sera belle !

Renseignements et réservations sur le site officiel de Brive Festival.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

1 commentaire

  •    Répondre

    Une “destination de consommation”. C’est quand même génial d’ignorer à ce point la réalité d’une crise économique qui a justement sanctionné le consumérisme à outrance et l’économicisation de toutes les politiques.
    Mais à Brive, il faut le bruit des pièces qui s’entrechoquent et des billets qui se froissent pour avoir l’impression de mener des projets, même lorsqu’il s’agit de festivals, de manifestations où créer de la culture commune.
    La culture qu’on crée, maintenant, c’est de la culture liquide.

Laisser un commentaire