L'actualité en continu du pays de Brive


Journée nationale de l'audition: prenons soin de nos oreilles

surditePano

L’hôpital de Brive se mobilise demain, jeudi, pour la journée nationale de l’audition. Entre 11h et 16h, différents stands installés dans le hall informeront le public sur les problèmes d’audition, leur dépistage, et les moyens d’y remédier. La perte d’audition n’est pas une question anodine puisqu’elle touche, selon les spécialistes, environ 5 millions de personnes en France, et les aînés ne sont pas les seuls concernés. On estime, en effet, qu’un jeune sur deux a des problèmes auditifs.

schema-oreilleLes causes et les modes d’apparition d’une surdité sont nombreux. La surdité peut exister à la naissance, ou s’installer brusquement, ou encore apparaître insidieusement de façon progressive. Divers troubles auditifs peuvent survenir à tout âge. Tous gênent la communication. Les premiers signes sont peu spécifiques ou peu importants. Il est donc essentiel de les dépister. C’est ce que proposera, entre autres, demain, le centre hospitalier de Brive. Ce dépistage sera effectué par des audioprothésistes qui présenteront également ce qui se fait en matière d’appareillage.

Le dépistage est la détection de signes dits d’appel qui orientent vers une affection non encore reconnue, ou la recherche de ces signes à l’aide de tests simples. Il se différencie du diagnostic qui identifie et évalue l’affection par des examens plus lourds (bilans O.R.L. , bilans autres). A tout âge, il doit être suivi rapidement par un diagnostic et une prise en charge.francosourd

La mesure de la perte auditive et le diagnostic de surdité sont faits par le médecin spécialiste ORL, et l’hôpital de Brive a un service dédié. Ils utilisent différentes techniques. L’examen audiométrique de base est simple, rapide, et indolore ; les résultats figurent sur un audiogramme qui indique les valeurs de la perte auditive aux diverses fréquences. Les tests d’intelligibilité indiquent l’aptitude d’un patient à comprendre la parole.

D’autres tests, tout aussi anodins mais plus complexes, sont appliqués aux bébés et aux enfants, permettant le diagnostic précoce. C’est aussi un point important. Le dépistage du nouveau-né est un examen qui permet d’anticiper les problèmes auditifs de l’enfant et d’éventuels soucis ultérieurs dans l’apprentissage du langage. Il peut être effectué dès le 3e jour après la naissance et avant la fin du 3e mois. De manière générale, il convient d’être vigilant à la réactivité de l’enfant aux sons jusqu’a son 18e mois.image

Par ailleurs, si l’audition peut diminuer avec l’âge, certains peuvent déclencher des problèmes plus tôt et de manière plus rapide et radicale. On pense bien sûr ici aux jeunes qui écoutent de la musique beaucoup trop fort, casques audio ou boîtes de nuit, et qui peuvent se retrouver très vite avec des soucis d’audition ou d’acouphènes.

N’oublions pas que les bruits nocifs n’existent pas à l’état naturel, même s’ils peuvent être présents dans le travail ou les loisirs. Tous les sons deviennent du bruit lorsqu’ils sont gênants ou lorsque leur niveau trop élevé les rend nocifs pour l’oreille. Les sons forts détruisent les cellules sensorielles de l’oreille ce qui conduit à la surdité traumatique. Qu’il s’agisse de celle-ci ou d’une surdité progressive, des solutions existent. Cette journée d’information à l’hôpital de Brive permettra à tous de trouver des réponses.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire