L'actualité en continu du pays de Brive


Hospitaliers et municipaux font salon pendant une semaine

foule2

Le 23e Salon des hospitaliers et municipaux se tient jusqu’au 19 juin dans le pavillon Larrey-Sedillot du Centre hospitalier. Avec en invitée d’honneur la peintre Claude Laval dont les œuvres occupent toute une salle. Hier soir, il y avait foule pour le vernissage.

foule

Après plus de 20 ans d’existence, c’est forcément devenu une institution et il était très difficile hier soir de se frayer un chemin parmi toutes les personnes venues assister au vernissage. Pour les agents hospitaliers comme municipaux, c’est l’occasion de dévoiler un autre côté d’eux-mêmes en exposant les oeuvres qu’ils réalisent. Pour le public, c’est une façon de voir autrement ceux qui au quotidien oeuvrent dans une notion de service public. Derrière la blouse blanche palpite aussi un âme d’artiste, c’est ce dont témoigne cette initiative. Hommage a évidemment été rendu à son fondateur, le sculpteur Dominique Malès, récemment disparu.

claude laval portraitAux murs donc, peintures, sculptures, photographies… le salon de printemps des hospitaliers et municipaux met en valeur plusieurs formes d’expression artistique. Il y a aussi des créations de cartes ou de bijoux, des dentelles…  Un foisonnement. On pourrait même dire “Un hymne printanier” pour reprendre le titre de l’oeuvre qui sert de référence au Salon. “C’est la joie de l’été qui arrive. La peinture, c’est un partage entre tous. Par l’art, on abolit tout, on se comprend“, arrive à dire la peintre invitée entre les salutations ininterrompues.

Ses toiles occupent toute la salle Rambaud. Autant de fenêtres ouvertes sur les saisons, lueurs, voyages… Un univers pictural qui semble toujours en mouvement, donnant au papillon l’impression de continuer à voler et aux feuilles de bouger au vent. “J’ai un trac fou”, avouait Claude Laval qui n’en est pourtant pas à sa première exposition. pano2Justement, la “peintre lyrique” veut profiter de sa notoriété pour encourager tous les autres artistes présents, “les faire monter avec moi”, déclare-t-elle, visiblement très émue de l’honneur qui lui est fait. “C’est en tant que malade et artiste que je vous défend tous. Sans mes pinceaux, je ne serais peut-être plus là non plus.

Pour le président de l’Amicale des hospitaliers, Michel Rabanet, cette semaine offre ainsi “un décloisonnement”, “un moment riche de découvertes, d’échanges entre les artistes, les agents et les visiteurs”. Pour le directeur du centre hospitalier Voncent Delivet, cette implication n’est pas le fruit du hasard, convaincu comme Malraux que “La culture est le plus court chemin de l’homme à l’homme”. “Tous ces créateurs d’émotions et de plaisir nous ramènent à ce qui est le plus précieux en nous: notre humanité”, conclura-t-il.

Rappelons que ce Salon des hospitaliers et des municipaux se déroulent alternativement d’une année sur l’autre à l’hôpital et en mairie. Il est ouvert tous les jours jusqu’à vendredi 19 juin, de 11h à 18h et l’entrée est gratuite.
pano 1

pano photographique

petite fille devant les tableaux

intro salon des hospitaliers et municipaux


 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire