L'actualité en continu du pays de Brive


Grande Agglo: “Poursuivre les discussions pour dissiper les craintes”

Philippe Nauche et Patricia Broussolle, president et 1ere vice-presidente de l'Agglo

Avant la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) de ce soir à Tulle, le président de l’Agglo de Brive Philippe Nauche s’est s’exprimé sur les propositions du Schéma directeur de coopération intercommunale sur la Grande Agglo. Il souhaite que la proposition de carte du préfet soit la base de discussions qui pourraient durer jusqu’en 2012. Car, selon lui, “il ne faut pas réduire le périmètre de la Grande Agglo”.

Philippe NaucheLe souhait de Philippe Nauche concernant la Grande Agglo se veut “clair et sans ambiguité”: “Il ne faut pas réduire le périmètre de la carte proposée par le préfet. Il n’est pas possible de rester dans un découpage en dentelle qui n’est pas en phase avec la réalité économique, sociologique, démographique et sociale de notre bassin de vie”. Le président de l’Agglo de Brive exprimera ce soir ce point de vue face aux membres de la CDCI et au préfet.

L’idée d’une Grande Agglo ne souffre “aucune véritable hostilité de la part de nombre de communes”. Selon lui, leurs craintes, qu’il faut dissiper, seraient “liées au calendrier trop serré de la mise en place de cette intercommunalité et qu’il faut sans doute détendre pour discuter en 2012, s’engager en 2013 et appliquer dans la foulée des élections municipales de 2014“. Les réticences seraient également nées “de la désinformation qui a pu être faite, parfois de bonne foi de la part de personnes sincères qui n’ont pas tous les éléments, parfois pour des raisons d’ordre politique”.

Philippe Nauche souhaite que les échanges se poursuivent en 2012 pour “lever les ambiguïtés sur la gouvernance – toutes les communes participeront aux décisions -, les compétences transférées et les enjeux financiers”. Il insiste notamment sur le fait que la Grande Agglo “ne remunicipalisera pas les compétences”: “La fusion ne doit entraîner aucun retour non souhaité de compétences aux communes et la Grande Agglo les assumera”. Il faudra également “conserver un échelon de proximité à l’échelle communale”, assure l’élu.

Autre sujet d’inquiétude pour certaines communes: l’endettement de l’Agglo de Brive. Là aussi, le président se veut clair: “L’Agglo, sur son périmètre actuel, maîtrise et assume seule son endettement”. Et Philippe Nauche de préciser: “Les investissements significatifs faits par l’Agglo bénéficient à tout un bassin de vie, comme la station d’épuration qui traite les eaux usées de communes de l’Agglo mais aussi de Saint-Pantaléon, les zones d’activités de l’Ouest qui assurent un développement économique bien au-delà du périmètre actuel de l’Agglo ou l’aéroport Brive Vallée de la Dordogne dont près de la moitié du financement est du fait des 80.000 habitants de l’Agglo”. La communauté d’agglomération de Brive a, en outre, déjà provisionné des moyens afin d’assumer l’endettement.

Philippe Nauche et Patricia BroussolleDéfavorable au “passer outre” de l’Etat qui pourrait contraindre les communes à s’unir dans une même intercommunalité et qui “rendrait les choses ingérables”, le président brandit un “scénario catastrophe” en forme de message préventif: “Si le périmètre venait à être amputé, l’Agglo et la Ville de Brive constateraient qu’il leur est imposé de ne travailler que sur leurs périmètres. Dans ce cas, nous ne pourrions justifier auprès de nos concitoyens des participations conséquentes sur des aménagements qui ne sont pas sur notre territoire”. Une référence aux interventions actuelles – lac du Causse, ancien aérodrome, zones d’activités près de l’aéroport – qui “devraient être repensées”. Le réseau des transports collectifs qui,actuellement, pour des raisons administratives, reste dans les limites de l’Agglo, ne pourrait pas être étendu malgré les demandes fortes de la population.

Avec la volonté de “prendre de la hauteur” sur un sujet qui “demande de la patience”, Philippe Nauche espère que chacun prendra “ses responsabilités, que ce soit l’Etat qui doit assumer sa mission première en faisant respecter la loi sans user du “passer outre” mais dans le dialogue et l’explication, et les élus qui doivent faire le choix entre les intérêts particuliers et l’intérêt collectif”.

“Des solutions existent pour répondre aux craintes ou doutes de chacun, ou existeront si la volonté politique le décide. Il faut construire la Grande Agglo dès aujourd’hui”.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire