L'actualité en continu du pays de Brive


[éthikèt] fait le quotidien naturel et recyclé

Scas, pendules et autres matières recyclées. Solenne Barrestieu dans sa boutique éthikèt

Soyons tous consom’acteurs“, c’est le slogan de cette 10e semaine du développement durable qui se déroule du 1er au 7 avril. Une philosophie que la boutique [éthikèt] met en pratique depuis un an en proposant des produits fabriqués à partir de matières naturelles ou recyclées. Ce commerce fait partie des dix engagés dans une démarche cap 3D qui seront d’ailleurs exposés du 3 au 14 avril à la médiathèque de Brive.

Solenne Darrestieu

Voilà un an exactement le 1er avril qu'[éthikèt] a ouvert sa boutique dans la petite rue Maillard perpendiculaire à la rue Carnot. “C’est notre arrivée à Brive qui a tout déclenché mais ça faisait très longtemps, avec mon mari, qu’on pensait monter un projet”, explique Solenne Darrestieu. Un projet “en cohérence avec notre façon de vivre, simple“, précise la jeune femme de 32 ans.

Sacs Au quotidien, le couple désormais bien implanté dans la cité gaillarde, circule à vélo, adhère à une AMAP, consomme bio ou local, fait de la récup’…  “On est pas addicte à la mode et à la consommation de base. Libre à chacun de vivre comme il veut. Simplement, nous, ça ne nous fait pas rêver d’avoir un écran plat.” Donc pas de télé à la maison, mais pas d’intégrisme pour autant: l’ordinateur reste un outil très apprécié par celle qui travaillait auparavant dans l’événementiel pour des réseaux naturalistes.

“L’idée, c’est de faire découvrir au grand public qu’on peut consommer de façon intelligente, se faire plaisir ou offrir un objet original tout en soutenant un artisan, un créateur, le commerce équitable…” Derrière chaque produit, Solenne a une histoire à raconter, sur la démarche, la matière utilisée, le créateur…

Des objets créatifs et ingénieux en détournement de matières

Un bruit de mésange vous accueille dès l’entrée comme un sésame dans cette caverne d’Ali Baba d’une autre dimension. Il y a là des sacs confectionnés avec des chambres à air de vélo, des ceintures en tuyaux de pompier, des bougies aux huiles de cuisine recyclées, Collierdes paniers en sacs de riz, des poupées et doudous en coton équitable qui veillent tels des lucioles dans la nuit grâce à une encre végétale, des savons bio au lait d’ânesse, des bavoirs en fécule de pomme de terre réutilisables d’un coup d’éponge et qui peuvent ensuite finir en compost, des objets en toile de kitesurf ou autre bâches, des guirlandes en papier népalais, des carnets de papier recyclé, des vases en carton mais oui, des colliers en pages de magazines, des bijoux plus ingénieux les uns que les autres en détournement de matières…

Ces objets sont le fruit d’artisans ou de créateurs qui sont d’à-côté comme Naves, d’un peu partout en France, Lot-et-Garonne, Franche-Comté, Côte d’Azur, mais aussi d’Allemagne ou encore de bien plus loin pour le commerce équitable. SacsDerniers rentrés, pour les plus petits: de rigolos canards de bain en caoutchouc naturel, peints à la main, sans plomb, donc “machouillables” à souhait et sans crainte aussi qu’ils finissent par moisir… Le tout à des prix qui ne sont absolument pas excessifs. “On a eu un bon bouche à oreille, surtout grâce à Noël. Les gens sont ravis de trouver quelque chose d’original, d’un peu décalé“, témoigne Solenne qui a agencé une petite sélection de ces produits pour l’exposition proposée par la chambre de commerce et d’industrie à la médiathèque, fidèle au thème 2012: l’information aux citoyens pour les inciter à devenir des consom’acteurs. “Ce ne sont pas des objets réservés à un groupe, une élite qui pense écolo”, assure la jeune femme. En tout cas, voilà de quoi afficher une certaine [éthikèt]!

Savons, bougies, canards...

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire