L'actualité en continu du pays de Brive


Et le CMJ, ça ne vous dit pas ?

CMJ1

Allan, Julie, Josselin, Guillaume, Philippe… en cette veille de rentrée, ils sont une dizaine à quitter le Conseil municipal des jeunes de Brive. Ils partent ailleurs faire leurs études ou dans la vie active mais tous ont mentionné cette “sacrée expérience” dans leur CV. Alors avant de rendre leur tablier, ils lancent un appel à d’autres jeunes afin qu’ils prennent le relais et continuent à initier des projets. Si vous avez entre 14 et 25 ans et l’envie de vous impliquer, vous pouvez contacter le CMJ au 05.55.18.16.07.

Ils ont entre 18 et 24 ans et sont à l’aube d’une nouvelle vie. Mais avant de s’éparpiller à Limoges, Toulouse, les States ou Issoudun, ils ont repris leur bâton de conseillers pour que la relève soit assurée. Qu’ils poursuivent en fac d’histoire, philo, dans les spectacles, la com’ ou la photo, ils reconnaissent tous que leur mandat les a fait grandir.

Ça m’a donné confiance en moi et m’a appris à parler en public“, affirme d’emblée Julie. Hochements d’approbation autour d’elle et chacun d’apporter sa touche. “Ça permet de connaître les démarches à suivre pour monter un projet”, “quelquefois, c’est pas facile à comprendre”, “mais quand on connaît mieux, on peut s’impliquer encore plus”, “et ça ouvre des portes”…

Ceux qui quittent le CMJ vous incitent à prendre le relais pour mener à bien de nouveaux projetsBref, ils s’accordent tous sur un point: “Bon ou mauvais, on y apprend beaucoup de chose”. Et quelque soit la longueur de leur engagement (de 2 ans à 10 ans pour ceux qui ont aimé repiquer), ils ont tous retenu une même leçon: “On ne peut pas avoir tout tout de suite”. “Au début, on croit qu’il suffit d’avoir l’idée pour qu’elle se réalise et ça ne va jamais assez vite. Il faut comprendre comment ça marche, ça demande du temps et ça permet de poser sa réflexion.”

A leur actif, ils ont lancé un nettoyage annuel des berges de la Corrèze – “Les gens étaient contents de venir aider” -, fait installer des grands cendriers aux abords des lycées – “Il n’y a plus de mégots au sol trois mètres autour” -, initié l’installation de compost au sein des cuisines de Cabanis et d’Arsonval – “ça devrait prendre forme cette année scolaire” -, remonté chaque année la scène ouverte… “C’est inépuisable, on aurait pu faire plus… mais on doit partir.”

Une chose est sure: “Il faut toujours lancer l’idée, même si elle parait sur le coup impossible. C’est ce qui s’est passé avec les cendriers”. Et surtout: “Il faut s’impliquer sinon c’est pas la peine de venir. Ce n’est pas à prendre à la légère. Il ne faut pas être consommateur mais acteur, mais participer au lieu de critiquer. Faut pas venir pour soi, juste pour avoir des invitations, mais dans l’idée de faire pour les autres et, fatalement, on apprendra quelque chose… D’ailleurs, ce serait bien de demander aux candidats une lettre de motivation…”

Alors, si le CMJ vous tente, il suffit d’avoir entre 14 et 25 ans, scolarisé ou dans la vie active peu importe, c’est la diversité qui contribue à la richesse des réflexions, et surtout vous l’aurez compris, vous devez vouloir vous engager vraiment pour participer à l’élaboration des projets. Si c’est le cas, en attendant les prochaines élections qui n’auront lieu qu’en novembre 2011, vous pouvez faire acte de candidature spontanée au 05.55.18.16.07 ou vous rendre aux nouveaux locaux du CMJ, 3e étage de l’immeuble Leygonie, passage des Doctrinaires.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire