L'actualité en continu du pays de Brive


” Est élu Yassin Ghandi “

Les écoles de Brive avaient cette semaine pour renouveler leurs représentants au Conseil municipal des enfants. En début d’après-midi, à l’école Thérèse Simonet, l’unique classe de CM1 s’est pliée à cet exercice très concret de la démocratie en présence du maire. Les élèves ont pris la chose très au sérieux et c’est Yassin Ghandi qui s’est vu revêtir de l’écharpe tricolore.

Une seule classe de CM1, 26 élèves, mais pas moins de 7 candidats dans la classe de Nicolas Soult. Un garçon et six filles qui ont tour à tour défilé au tableau pour lire leur profession de foi devant leurs camarades. Certains plus timidement que d’autres. Mais tous avec une même ambition: “représenter les élèves et améliorer l’école pour mieux travailler”. Plusieurs ont parlé de sport, l’une de maisons pour les insectes, quelques uns de poubelles et beaucoup d’environnement.

Le matériel de vote était déjà en place. Au fond de la classe, avaient été disposés une table portant sept piles de bulletins, des enveloppes ainsi qu’un coin isoloir pour garantir le secret du vote. À la vue de tous, devant le tableau, une grande urne transparente, la même qui sert pour aux élections municipales des grands. Chacune des 17 écoles de Brive avait ainsi reçu lundi la sienne, ainsi qu’un lot d’enveloppes, à charge d’organiser le scrutin dans la semaine.

À Thérèse Simonet, ces élections se sont déroulées en cette ultime journée de vendredi, en présence de Frédéric Soulier accompagné de son adjointe Marie-Christine Lacombe ayant en charge l’école. Et aussi de Zahra, élue l’an dernier et qui poursuit sa deuxième année de mandat en CM2.

“Il faut aller voter, même si l’on est pas d’accord ou s’il n’y a pas de candidat qui vous satisfait”, a expliqué le maire aux enfants. “Ce n’est pas obligatoire, mais c’est important: c’est un droit d’expression. Nos anciens se sont battus pour ça et dans certains pays, on ne peut pas le faire”, a-t-il insisté. “Si nous n’étions pas en démocratie, nous n’aurions pas le droit de choisir. Et le vote est secret pour éviter que l’on se dispute après”, a relayé le directeur. “Sans démocratie, c’est comme s’il n’y avait pas d’arbitre à un match: chacun ferait tout ce qu’il veut”, a imagé le maire. “Ce serait la bagarre”, a réalisé un garçon.

Ces élections avec assesseurs ont ainsi donné matière à une leçon citoyenne très concrète avec un processus de vote suivi à la lettre. “Vous devez prendre les sept bulletins, pas seulement celui de votre choix, une enveloppe, passer à l’isoloir, venir ensuite à l’urne, déposer votre enveloppe et signer la feuille d’émargement.”  Des consignes qui ont dû être répétées en ce premier vote de leur vie.

Il y a eu ensuite dépouillement sous l’œil très attentif d’assesseurs, comptage, vérification, revérification, même si la chose était entendue: Yassin l’avait emporté à une majorité de 12 voix. Vraisemblablement celles des garçons à en croire leurs exclamations qui ont ponctué le silence du dépouillement au fur et à mesure que le choix s’imposait.

Le maire a aussitôt décoré le nouveau conseiller municipal de son écharpe tricolore, “le bleu en haut”. Poignée de mains, signature et remise de diplôme, séance de photos. “Merci à tous, ceux qui ont voté pour moi, je vais être un bon élu”, a résumé Yassin pour sa première prise déclaration d’élu. Tout était dit.

Les nouveaux conseillers seront installés lors d’une séance plénière du conseil municipal des enfants prévue le samedi 26 novembre.

 

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

5 × 5 =