L'actualité en continu du pays de Brive


Eric-Emmanuel Schmitt: "je suis un être désirant et curieux"

Eric-Emmanuel Schmitt est allé à la rencontre de ses lecteurs. Devant une une salle du grand théâtre quasiment remplie, il s’est livré sans détours. 

Les perroquets de la place d’Arezzo, titre de son dernier ouvrage paru aux éditions Albin-Michel, ont permis aux lecteurs d’Eric-Emmanuel Schmitt de découvrir  plus profondément la personnalité et les passions de leur auteur préféré.

Ce spécialiste des philosophies françaises et anglaises du XVIIIe siècle a en effet joué le jeu de ces Rencontres en tentant de répondre le plus complètement possible aux questions de Julien Bisson et du public.

Au grès de ces échanges s’est dessiné ainsi le portrait d’un homme qui avance mû par le désir de rencontrer, de s’interroger, d’apprendre, sans cesse, “je suis un être désirant et curieux”, avoue-t-il.  Eric-Emmanuel Schmitt a ainsi dressé “l’éloge de la complexité” humaine, en essayant de faire passer un message de “bienveillance et de tolérance”. “Je suis persuadé que nous n’avons pas qu’une personnalité mais une multiplicité intérieure”, affirme-t-il.

Son dernier ouvrage portant sur “le sentiment amoureux” lui permet par la même occasion de faire un long développement sur la sexualité et l’amour “appel de l’idéal”. Un thème qui lui permet de se sentir “proche et lointain” de chacun de ses personnages.

Passionné par la BD, et amateur de musique “pour moi les musiciens sont plus que des musiciens, ce sont des guides spirituels, des philosophes qui touchent à l’intime de l’intime”, Eric-Emmanuel Schmitt a ainsi ouvert au cours de son intervention portes et fenêtres de l’esprit et du cœur… Des courants d’air bienvenus en ces temps où pèse comme une odeur de renfermé…

 

Michel DUBREUIL

Michel DUBREUIL

Laisser un commentaire