L'actualité en continu du pays de Brive


La vaccination, seul moyen de stopper l’épidémie de rougeole

Face à l’épidémie de rougeole qui touche la Nouvelle-Aquitaine, l’Agence régionale de santé lance un message d’alerte: la seule prévention reste la vaccination.

Au 13 février, l’ARS recensait 269 cas confirmés depuis novembre, dont un sur quatre (66) a nécessité une hospitalisation, et pour quatre des patients une admission en réanimation. Des chiffres qui ont plus que doublé depuis le 24 janvier. Si la Gironde et la Vienne sont particulièrement touchés, le département de la Corrèze n’est pas épargné avec des cas sur la région de Brive, adultes comme enfants. Il faut savoir que cette maladie peut être grave et même mortelle. Une personne de 32 ans est d’ailleurs malheureusement décédée il y a quelques jours à Poitiers. “La rougeole n’est pas une maladie bénigne, notamment pour les nourrissons et les adultes et peut entraîner des complications respiratoires (pneumopathies) et neurologiques (méningo-encéphalite) pouvant avoir des conséquences très graves”, insiste l’ARS.

Ces chiffres constatés renforcent la nécessité, pour l’ensemble de la population, de vérifier rapidement sa vaccination, “seul moyen de stopper l’épidémie”, souligne l’ARS, rappelant qu’il “n’existe pas de traitement pour soigner cette maladie” très contagieuse puisqu’un malade peut contaminer jusqu’à 20 personnes. La grande majorité des personnes touchées par l’épidémie actuelle n’étaient pas vaccinées. Selon l’ARS, “la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine est actuellement insuffisante pour faire face à cette épidémie”. Face à la recrudescence de la maladie, la priorité est donc de se faire vacciner pour stopper l’épidémie. Ce vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) est recommandé dès la petite enfance à 12 et 18 mois (2 doses), mais peut être rattrapé à tout âge. Parlez-en vite à votre médecin ou votre pharmacien. “En se vaccinant, on se protège et on protège les autres.”

Quant aux symptômes, au début il ressemble à un rhume. Une toux, une fièvre supérieure à 38,5°C, le nez qui coule et des yeux rouges-larmoyants sont courants. Quelques jours plus tard, des boutons rouges (d’où le nom de cette maladie) apparaissent sur le visage, puis se répandant sur le reste du corps. Si vous ressentez ces symptômes, consulter au plus vite votre médecin traitant et portez un masque par mesure de prévention. Si vous êtes en contact avec une personne atteinte, adressez-vous rapidement également à votre médecin. Il vérifiera si vous avez eu la rougeole et si vous avez été vacciné. Le cas échéant, il pourra prescrire une mise à jour. Si celle-ci est réalisée dans les 72h qui suivent le contact, elle peut parfois éviter la survenue de la maladie chez les personnes non-immunisées.

Infos sur nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire