L'actualité en continu du pays de Brive


Empreintes de femmes, un autre regard sur la ville

intro empreintes femmes

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine qui se déroulent ce week-end, samedi 20 et dimanche 21 septembre, la Ville présente une exposition originale, en extérieur, de part et d’autre de la promenade à l’arrière de la collégiale. Dix panneaux mettent en lumière ces femmes qui ont marqué de leur empreinte l’histoire locale.

Empreintes de femmesLes panneaux en cours d’installation ce matin ont aussitôt attisé la curiosité des passants. “Au départ, on a cru que c’était une expo photos. C’est très bien de faire une exposition sur des femmes, en plus en parallèle avec l’histoire de Brive. C’est un endroit où tout le monde passe, ça va attirer l’oeil”, expliquent Héloïse, Claire et Laure, trois lycéennes de d’Arsonval.

“C’est super intéressant”, s’étonnent-elles à chaque panneau. “J’ai habité rue Blanche-Selva et je ne savais même pas qu’elle était musicienne“, commente l’une d’elles.  “Là, on a pas trop le temps, mais je vais revenir la voir avec ma mère, c’est sur.” Des promeneurs aux tempes grisonnantes détaillent quant à eux chaque panneau, se remémorant un autre temps, éclairant des lieux du quotidien d'”Un autre regard…”, sous titre de cette exposition joliment nommée “Empreintes de femmes”.

On y découvre ainsi les trajectoires de quelques unes à travers l’histoire, la grande comme celle plus locale. On y croise des noms évocateurs qui révèlent des engagements individuels plus insoupçonnés de la part du grand public. Comme celui de Marguerite Bahuet dont le lycée situé à Saint-Antoine porte le nom et qui créa en 1919 une école ménagère devenue au fil des ans école de secrétariat et de comptabilité.

Que ce soit dans l’enseignement, le domaine artistique, les sciences, l’économie, dans la guerre comme la résistance ou la citoyenneté, l’évolution de notre société prend ainsi les visages de ces quelques femmes qui témoignent pour tant d’autres. En rappelant aussi qu’il n’en a pas toujours été ainsi et qu’il aura fallu bien du chemin pour en arriver à une certaine émancipation, une certaine reconnaissance, une certaine égalité.

Empreintes de femmesCette exposition qui va perdurer jusqu’à mi-octobre, est ainsi le fruit d’un travail collaboratif entre plusieurs services municipaux, réalisé dans le cadre de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale que la Ville a signée. Y ont collaboré les archives, le centre d’études et musée Michelet, le service information, celui de la politique des temps et de l’égalité femmes hommes, jusqu’aux services techniques qui en ont fabriqué les supports métalliques. Il s’agit là d’un premier travail de recherche sur un sujet jusque là peu investi : les femmes dans l’histoire de Brive et de son pays. “Cette exposition n’est certes pas exhaustive, bien d’autres figures féminines connues ou inconnues auraient mérité d’y apparaître, mais elle peut être enrichie et même présentée dans d’autres lieux de la ville”, précisent les acteurs.

L’exposition a donc trouvé son premier écrin à l’occasion de ces Journées européennes du patrimoine qui ont pris pour thème cette année “Patrimoine naturel, patrimoine culturel”. La Ville de Brive s’est bien évidemment associée à cette thématique à travers de nombreuses expositions et conférences sur le sujet. Plus d’une vingtaine de sites sont ainsi ouverts gratuitement sur ces deux jours.

Vous pouvez consulter toutes les animations proposées et les lieux ouverts sur le site brive.fr.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire