L'actualité en continu du pays de Brive


Du muguet sans vente ambulante mais dans les boulangeries

Cette année, confinement oblige, la tradition du brin de muguet doit s’adapter à la crise sanitaire. La vente à la sauvette par des particuliers, habituellement tolérée dans les rues, est interdite. Les fleuristes ont de leur côté toujours interdiction d’ouvrir leur boutique au public, mais la profession s’est organisée en amont pour satisfaire ses clients en livraison ou en drive. Vous pourrez aussi trouver des clochettes associées au bonheur dans les commerces essentiels comme les boulangeries.

“C’est fini, nous n’avons plus de muguet. Tout est déjà vendu depuis le début d’après-midi”, répond la vendeuse au téléphone. Aux Fleurs du Soleil sur le boulevard du Salan, Lionel Soleilhavoup fait partie des premiers fleuristes à avoir repris du service après Pâques. “On travaille par téléphone ou internet. Les clients passent commande. Ensuite ils sont livrés ou passent récupérer leur commande sur place, mais personne ne rentre dans le magasin, tout se fait sur le pas de porte.”

Ce 1er mai 2020 sera décidément bien étrange: pas de défilé, pas de vente ambulante, pas de fleuristes. “Nous n’avons plus de muguet donc nous ne travaillerons pas. Je n’en avais pas commander autant car c’est un produit qui est obsolète dès le lendemain 2 mai et on ne savait pas trop comment cela allait se passer. Il y a eu aussi moins d’approvisionnement.” Jusqu’au déconfinement, sa boutique va continuer à fonctionner en effectif réduit. “On fait un système de roulement. J’ai deux employées en chômage partiel et deux qui viennent à tour de rôle.” L’après est toujours une inconnue.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire