L'actualité en continu du pays de Brive


D’insolites Souffleurs de poèmes

Vêtus de noirs, ils se déplacent en commando silencieux, d’une démarche ralentie, captent votre regard puis, à travers leurs longs rossignols, vous chuchotent à l’oreille de courts poèmes. Des moments hors du temps. Ce vendredi 3 septembre à 17h, ils déambuleront de la collégiale Saint-Martin jusqu’au théâtre. À voir dans le cadre du festival Danse en mai en septembre qui distille de nombreux rendez-vous jusqu’au 12 septembre.

Ils viennent d’Aubervilliers en région parisienne et se nomment Les Souffleurs commandos poétiques, animés par “une tentative de ralentissement du monde”. Armés de parapluies et de longs tubes de bambous qu’ils appellent joliment “rossignols, ils apparaissent/disparaissent ainsi à pas feutrés dans divers lieux, extérieurs comme intérieurs. Rien ne les rebutent. Ils sont déjà intervenus sur le marché de Tulle, sa gare ou son campus universitaire, également à l’Ehpad de Cornil.

Ce matin, ils sont arrivés tout doucement sur un marché de Tujac quelque peu clairsemé par une belle averse, ont aligné tranquillement leurs parapluies ouverts sur la chaussée puis se sont dispersés sur la place, ont déambulé nonchalamment, comme pour apprivoiser le lieu et ses occupants. “Il y a tout un travail d’approche qui est très important, c’est une sorte de chorégraphie sans l’être. Tout passe par le regard”, explique Françoise, l’une des souffleurs. Ils tournent et retournent, cherchant à susciter l’intérêt.

S’ils vous sentent “ferré”, ils s’approchent lentement, lèvent leur long tube de bambou vers votre oreille et vous chuchotent un texte de leur choix. “Ce n’est jamais la même chose, nous interagissons avec les gens.” D’abord déstabilisés par cette approche insolite, leurs auditeurs se laissent emportés par leurs voix venues de l’autre bout du rossignol. Une étrange intimité.

“Le sens de l’audition est mis en éveil”, témoigne Gaëtan qui a découvert des citations sur le rêve. “On est concentré sur la voix et on oublie le lieu, c’est une vraie pause.” Chantal a quant à elle était embarquée dans un histoire de merle. Même les commerçants se sont prêtés au jeu.

Après le marché de Tujac et ses alentours, ce drôle de commando s’est rendu à la résidence autonomie Odette-Neuville puis au lycée d’Arsonval. Ne les manquez pas en fin d’après-midi. Ils seront en déambulation dans le cœur de Brive. Ils partiront à 17h de la collégiale Saint-Martin  pour rallier le parvis du théâtre.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire