L'actualité en continu du pays de Brive


Dialogue et innovation sociale au cœur de Brive solidarité

La finalisation cette année d’un répertoire des aides et l’expérimentation d’une commission de coordination des aides pour simplifier le parcours des publics en difficultés figurent comme des réalisations emblématiques de l’Office municipal de la solidarité (OMS) créé fin 2016 et adossé au CCAS. La réunion plénière qui se tenait hier après-midi au conservatoire a été l’occasion de faire le bilan des diverses actions menées, toutes sous-tendues par la volonté de décloisonner les réflexions pour, in fine, améliorer le service public social sur le territoire.

Le document de plus d’une centaine de pages est l’aboutissement d’un long et fastidieux travail entamé l’année passée. Ce répertoire doit apporter une meilleure visibilité des aides existantes; adossé à l’expérimentation d’une commission de coordination des aides courant jusqu’en mars 2020, il doit simplifier le parcours des familles en difficultés.

Auparavant, chaque travailleur social faisait une demande d’aide à chaque association et organismes sans avoir la vision globale de ce qui était proposé ni de ce à quoi avaient droit les bénéficiaires. Aujourd’hui, grâce à ce répertoire des aides et cette commission, le CCAS affiche ce qu’il peut donner et les associations se positionnent en fonction de leur critère d’attribution de manière à boucler la dette de la personne pour l’aider par exemple au paiement d’une facture d’eau, du loyer ou encore l’accompagnement sur un micro-crédit pour l’achat d’une voiture. Les premiers retours des bénévoles associatifs et travailleurs sociaux sont positifs. Une quinzaine de dossiers a déjà pu être traités.

“C’est la meilleure façon que nous avons trouvée pour être plus performant en matière d’aide”, souligne Frédéric Soulier, maire de Brive et président du CCAS. Cette action est emblématique du modus operandi de l’OMS. “Dès le départ, l’objectif a été de renforcer le dialogue déjà existant et de fédérer les 60 acteurs associatifs, 10 acteurs institutionnels (ARS, centre hospitalier…) et 3 collectivités territoriales (Ville, Agglo, Département) parties prenantes”, rappelle Michel Blanchet, président de l’OMS. “L’idée n’était pas d’ajouter des rapports mais d’aller dans le concret et de susciter la coordination, proposer la complémentarité sans ingérence.” Et Frédéric Soulier d’ajouter: “Brive solidarité est un facilitateur social. Son ADN, c’est le dialogue et l’innovation sociale. On ne construit pas de politique sociale sans renforcer le dialogue.”

En 2019, l’OMS aura également poursuivi son action en faveur des personnes âgées isolées et continué de repérer “les invisibles”; mais c’est aussi tout un chantier en faveur de l’aide aux aidants qui va bientôt aboutir avec la mise en ligne au premier semestre 2020 d’une page dédiée. Besoin d’un moment de répit, aide pour l’aménagement du domicile… L’idée est que les habitants aient accès à une information fiable et mise à jour.

Dialogue et innovation restent aussi les maîtres-mots pour les actions développées en faveur des jeunes et notamment des décrocheurs scolaires grâce à un partenariat noué avec l’Education nationale ou encore aux réflexions menées autour du Conseil local en santé mentale et de sa cellule de coordination des situations complexes qui se réunirait à la demande et avec l’accord du public en difficulté. Autre réalisation emblématique, le site parcours-jeunes.fr. Fait par des jeunes et pour des jeunes, il donne accès à un véritable guide pratique renseignant les 18-25 ans sur des sujets qui les concernent: logement, santé, budget ou encore mobilité…

Enfin, vaste action transversale lancée au dernier trimestre 2019, la lutte pour l’inclusion numérique et contre l’illectronisme sera poursuivie en 2020. En France, 28% des plus de 18 ans, soit 14 millions de personnes, seraient éloignés du numérique; or l’Etat prévoit la dématérialisation des démarches administratives d’ici 2022… Le défi est donc de grand. Pour le relever, l’OMS prévoit de répertorier les aides déjà existantes en la matière et de mieux coordonner les actions déjà mises en place pour réduire la fracture numérique, nouvelle forme d’isolement à combattre.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire