L'actualité en continu du pays de Brive


Des vacances tranquilles sur toute la ligne

Vous partez bientôt en vacances? Afin de prévenir un éventuel cambriolage, vous pouvez signaler votre absence aux forces de l’ordre qui veilleront sur votre domicile et vous préviendront en cas d’anomalie. Et nouveauté, l’inscription peut se faire aussi désormais en ligne. La démarche est simple et gratuite.

Depuis 1974, l’OTV, Opération tranquillité vacances, aide les vacanciers à être plus sereins pendant une période d’absence prolongée, entre 3 et 90 jours, et ce indépendamment d’ailleurs des vacances scolaires. Mais il est bon de le rappeler à l’aube d’une période d’intense transhumance estivale. Concrètement, le dispositif fait intervenir les services de police et de gendarmerie pour assurer une surveillance de votre logement, en effectuant des patrouilles de jour comme de nuit, en semaine et le week-end, de manière régulière. Même si la surveillance n’est pas permanente, le dispositif est dissuasif et peut ainsi réduire les risques de cambriolage.

Pour bénéficier de ce service sécurisant, il suffit simplement de le demander. Jusqu’ici l’inscription se faisait uniquement en se rendant au préalable au commissariat de police ou de la gendarmerie, au moins 3 jours avant son départ si votre logement dépend des services de police, jusqu’à la veille s’il relève d’une brigade de gendarmerie. “Maintenant, la démarche peut se faire aussi en ligne”, a rappelé William Lliso, le directeur départemental de la sécurité publique lors d’un lors d’un point de presse sur la sécurité qui s’est tenu hier en mairie (consulter notre article La vidéo protection, un des points forts de la sécurité).

L’inscription en ligne se fait dans les mêmes conditions de délai par le biais de votre compte FranceConnect, ce qui évite d’avoir à fournir les justificatifs d’identité et de domicile habituellement demandé sur place. Dans l’un comme l’autre cas, une fois l’inscription effectuée, la surveillance se mettra en place pendant votre absence et vous serez contacté uniquement si la patrouille constate quelque chose de suspect. La police municipale entre également dans la boucle. Comme l’a précisé hier le maire Frédéric Soulier “la cartographie des cambriolages transmise régulièrement par le commissariat nous permet d’orienter nos services de surveillance générale”.

Comment s’inscrire?

  • en ligne à l’aide, à l’aide du portail service-public-fr, grâce à votre compte FranceConnect en remplissant le formulaire
  • sur place au commissariat de police si vous habitez Brive en vous munissant de justificatif d’identité et de domicile.

Lors de votre inscription, vous devez indiquer si votre domicile est équipé d’un système d’alarme et si vous avez demandé à une personne de confiance de passer régulièrement afin d’éviter toute confusion avec un cambrioleur. En cas de retour anticipé, pensez également à prévenir les forces de l’ordre.

Et quelques conseils élémentaires avant de partir

  • n’indiquez pas vos dates de congés sur les réseaux sociaux ou votre messagerie téléphonique,
  • demandez à une personne de confiance de relever votre courrier car une boîte pleine est un signe d’absence prolongée (ne pas lui laisser la clé sous un paillasson ou un pot de fleurs). Vous pouvez également faire renvoyer automatiquement votre courrier sur votre lieu de villégiature par les services postaux.
  • renvoyez, si c’est possible, les appels sur le téléphone fixe vers votre numéro de portable.
  • verrouillez avec soin la fermeture des portes, fenêtres et volets. Vérifiez le bon état de vos serrures et verrous. Un voisin ou un ami peut venir ouvrir et fermer les volets et allumer des lumières. L’utilisation d’un minuteur peut permettre également d’allumer certaines lampes sans présence dans le logement.
  • ne laissez pas de grosses sommes d’argent dans votre logement et mettez les bijoux, objets d’art et valeurs en lieu sûr après les avoir photographiés (vous pouvez les faire évaluer par un expert et aussi  vous renseigner auprès de votre société d’assurance, notamment au sujet des conditions de leur protection).

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Laisser un commentaire

7 − cinq =