L'actualité en continu du pays de Brive


Des contes signés par les Singuliers associés

Les deux comédiens de la compagnie les Singuliers associés proposaient tout à l’heure un spectacle de contes accessible aux personnes sourdes à la médiathèque. 

L’espace jeunesse de la médiathèque de Brive était plein à craquer tout à l’heure. Le spectacle Histoires de signes, donné par la compagnie les Singuliers associés, a réuni un large public venu de Brive, Tulle et Ussel, dont beaucoup d’enfants sourds. Et pour cause, les deux comédiens proposaient une interprétation de contes en Français et en Langue des signes française.

Les quatre histoires de géants, de bambins déambulant à quatre pattes, de l’inquiet Billy qui se rassure avec des “poupées tracas” et d’un ogre affamé ont séduit les petits, pas avares de rires et d’applaudissements.

A la fin de la prestation, les comédiens ont échangé avec les enfants, les parents et les accompagnateurs des groupes. Révision des signes des couleurs présentes dans les contes ainsi que des signes de pas mal d’animaux, réponses à quelques questions, l’échange fut des plus sympathiques, et les enfants sourds avaient les yeux illuminés face au comédien Vasiliy Bubnov.

Sa camarade de scène, entendante, Sylvie Audureau, explique ce phénomène sans difficulté: “il est très rare dans notre société qu’un sourd soit valorisé. Les enfants viennent de voir une personne comme eux sur une scène, et ça ne peut que susciter de l’enthousiasme”.

Avec le souhait d’associer tous les publics, de sensibiliser à la langue des signes et de faire découvrir les livres, la compagnie limougeaude a décidé, il y a quelques mois, de ne pas s’en tenir à des prestations trimestrielles à la BFM de Limoges. Désormais, elle va à la rencontre du public sur l’ensemble de la région.

Au delà du spectacle, l’idée est aussi de tenir un discours positif sur la surdité, que Sylvie Audureau résume en une phrase très pertinente: “les personnes sourdes sont considérées comme handicapées, alors qu’elles possèdent juste leur propre langue. Elles font donc tout simplement partie d’une minorité linguistique, et c’est bien ainsi qu’il faut les voir”. A méditer.

Le site de la compagnie Les singuliers associés, c’est ici.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire