L'actualité en continu du pays de Brive


Des chambres d'hôtes dans une ancienne quincaillerie

Des chambres d'hôte spacieuses déclinées sur le thème du vin

Un couple de citadins propose avenue Jean-Jaurès des chambres d’hôtes raffinées sur le thème du vin, d’où le nom en référence au vin paillé de Corrèze: Le Miel des muses. Le restaurant attenant, décliné sur le même thème, ouvre ce 2 mars.

Sophie Poujade dans une des chambresLongtemps un fait rural, les chambres d’hôtes investissent la ville. Certes, le phénomène reste limité. Jusqu’ici, Brive n’en recensait qu’une seule dans son centre historique (Le Logis des Pénitents blancs, place Latreille) et moins d’une poignée intra-muros (L’Appart’d’hôtes rue Lair, Au Petit bonheur gaillard, chemin des Dastres, La Roulotte et le Domaine du Breuil, rue Thomas). Voilà qu’il en fleurit cinq d’un coup à 300 m de la collégiale. Des chambres spacieuses (entre 60 et 80 m2) et raffinées, dans un style qui allie le contemporain et le côté authentique, chaleureux.

L’idée vient d’un couple de restaurateurs nouvellement installé. Lui, originaire de Brive, expatrié longtemps dans le Bordelais, n’a jamais vraiment coupé les ponts avec sa ville natale. Tout est parti d’une annonce énigmatique : “A vendre, plateau industriel de 600 m2, plein centre-ville”. « Ça nous a intrigué. » En fait, il s’agissait de l’ancienne quincaillerie Mérigot laissée en quasi-abandon.

Sophie Poujade« Nous sommes immédiatement tombés sous le charme du lieu. On s’est sentis happés. Il y avait une âme. On a tout de suite senti le potentiel qu’on pouvait tirer du volume. », s’enflamme Sophie Poujade. C’est elle qui s’occupe des chambres d’hôtes qu’elle a décorées avec goût. « J’aime les choses simples, épurées, mais qui respirent la vie et surtout qui ne ressemble pas à autre chose. » L’ensemble mêle du neuf et du mobilier chiné.

Des chambres avec salonIl aura fallu 18 mois de travaux pour mettre tous les plateaux à nu, redistribuer l’espace sur les trois niveaux, en rehaussant au passage les combles. « On a investi tout ce qu’on avait. » Les chambres tout confort sont dotées d’un coin salon très cocooning, et portent toutes le nom d’un cépage : Savennière, Syrah, Baco, Aubin blanc, Chenin. Y règne un côté épicurien.

Les premiers à avoir étrenné les lieux en novembre sont les auteurs de la Foire du livre. Depuis, les chambres séduisent une clientèle détente comme professionnelle, aussi bien en semaine que le week-end. « Sans référencement, je fais 40 dates par mois. » Un rythme de croisière plutôt encourageant.

En famille. Les Poujade et leur filsDébut mars doit également ouvrir au rez-de-chaussée le restaurant “Le comptoir Saint-Cernin”. Lui aussi dans le même esprit et sur le thème du vin avec une cave riche de 80 références. D’une capacité de 150 couverts, il devrait employer une douzaine de personnes, deux chefs, un sommelier, un second de cuisine…

« Ce sera dans un esprit bistronomique. Nous travaillerons au maximum avec les produits locaux. Je veux que les gens viennent se faire plaisir, s’initient au vin, se sentent en convivialité », précise Daniel Poujade qui y sera aux commandes avec son fils tout juste diplômé. Il y a même une petite scène en hauteur pour des ambiances musicales. Un lieu qui revit.

Infos sur lemieldesmuses.fr.

chambre haut

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire