L'actualité en continu du pays de Brive


Déplacements : des règles à respecter

La règle, c’est le confinement. Restez chez vous. Mais si vous devez absolument sortir, munissez-vous de votre attestation de déplacement sur papier ou recopiée. Elle vous sera demandée par les policiers et gendarmes qui effectuent des patrouilles ou des points de contrôle.

“Vous avez votre attestation ?” interroge une policière municipale au point de contrôle cet après-midi sur la première ceinture des boulevards. L’automobiliste a bien rempli la sienne pour aller faire une course. “Il faut respecter le confinement et limiter au maximum vos déplacements”, explique l’agent. Arrive un autre véhicule avec un couple et son enfant. Là aussi, la policière fait preuve de pédagogie en rappelant les règles du confinement.

“Nous travaillons sous contrôle du commissaire, en appui quotidien avec les forces étatisées. Nous sommes dans une dynamique de prévention. On a eu des refus d’obtempérer avec fuite qui font courir des risques à tout le monde”, déplore Laurent Tronc, responsable de la police municipale. “La très grande majorité des habitants sont en règle, en possession de leur attestation, avec des raisons valables de se déplacer. Pour eux on fait preuve de pédagogie”, reconnait le commissaire de Brive, Gael Le Pense-Penverne, commandant le commissariat de Brive. Pour d’autres en revanche… “Ce sont des gens qui ont tout a fait conscience d’être en infraction et là on verbalise. Il n’y a pas de surprise, ils sont connus de nos services.”

Et ne croyez pas que l’attestation dument remplie vous servira de sauve conduit en toutes circonstances. Certains sportifs en ont été pour leurs frais. “Les déplacements doivent être brefs et à proximité du domicile, il s’agit de s’oxygéner, se dégourdir les jambes sur un ou deux kilomètres, pas de faire à proprement parler du sport.”

Respectez les consignes de déplacement (consultez notre article Ce que l’on a le droit de faire et ce qui est interdit). Vous trouverez également toutes les informations nécessaires sur le site du ministère de l’Intérieur. “On nous appelle sur le 17 qui est un numéro d’urgence pour nous demander si on a le droit de tondre sa pelouse! Les policiers n’ont pas vocation à donner ce genre de renseignements. Le 17 est pollué par ce types d’appels. Il faut que les gens se prennent aussi en main. On compte sur le civisme de tout le monde.”

Outre le respect des mesures de confinement, le commissariat s’est recentré sur ses missions prioritaires et les urgences, la préservation et la sécurité des biens et des personnes. Même recentrage pour la police municipale. “On fait la surveillance des zones commerciales et artisanales avec les commerces fermés, nous sommes vigilants aux déplacements injustifiés de personnes qui pourraient être en repérage”, explique Laurent Tronc. La police municipale intervient aussi dans l’assistance aux personnes fragilisées, celles dépendant par exemple du CCAS qui assure auprès d’eux un suivi téléphonique. “Cet après-midi encore, nous sommes intervenus deux fois pour des personnes âgées qui ne répondaient au téléphone.”

Plus vous respecterez les consignes, plus policiers et gendarmes pourront ainsi se concentrer sur des missions plus cruciales.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire