L'actualité en continu du pays de Brive


Délinquance : moins de faits constatés, davantage de résolus

A Brive, la baisse de la délinquance se confirme alors même que le taux d’élucidation des faits constatés augmente, grâce notamment à la vidéo protection, à une coopération renforcée des polices et à la synergie des différents acteurs. “Des chiffres encourageants mais pas encore satisfaisants”, a confirmé le maire Frédéric Soulier lors d’une conférence de presse qui s’est tenue cet après-midi en amont de la réunion du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance qu’il préside.

Quatre chiffres sont à retenir: 3223 faits constatés en 2016 et 3197 en 2019. Parallèlement, 1111 faits élucidés en 2016 pour 1372 en 2019. “Depuis 2014, le taux d’élucidation a augmenté de près de 40% avec un décollage significatif depuis la mise en place de la vidéo protection en 2017″, complète Frédéric Soulier qui a rappelé que la sécurité était la première priorité des Brivistes mise en avant par 63% d’entre eux lors de la consultation en 2015.

“Le choix de Brive a été d’investir dans des moyens humains et matériels.” La police municipale qui compte désormais 39 agents a vu sa capacité d’intervention étendue à 6 jours sur 7 et surtout de jour comme de nuit. En 2019, la police municipale a ainsi effectué 880 procédures et 264 mises à disposition pour la police nationale. Le directeur départemental de la sécurité publique, Emilie Ngasho Mpanu a d’ailleurs tenu à souligner “l’excellent travail entre les polices”, saluant “une police municipale qui a investi l’ensemble de son champ de compétences”. En comparant avec les villes de même strate, elle a également précisé que Brive se situait par rapport à elles en deçà des violences physiques crapuleuses commises dans la rue et que son taux d’élucidation allait quant à lui au-delà. “Des résultats à mettre au crédit du collectif.”

La préfète Salima Saa y voit “la preuve d’une bonne pratique partenariale avec l’ensemble des acteurs” en matière de répression comme de prévention. Le CLSPD réunit en effet les représentants et les services concernés par la sécurité dans un panel très large: préfecture, justice, polices, bailleurs sociaux, transports collectifs, associations sur le terrain… Salima Saa a déjà rencontré plusieurs associations de quartier. “Ce partenariat fonctionne bien. C’est tous ensemble que nous réussirons à lutter contre la délinquance.”

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

  •    Répondre

    BONJOUR,J AI PORTE PLAINTEPLUSIEURS FOIS:, POUR TAGUES, ORDURES DEVANT MON SALON, DES GENS SONT RENTRES DANS MA COUR FERMEE PAR 4 MURS DES MEGOTS PARTOUT, GOUTTIERE ARRACHEE .LA POLICE MUNICIPAL OU LE COMMISSARIAT NE SE DERANGE PAS .QUE FAUT IL FAIRE ? FAUT IL UN CRIME POUR QUE CELA SOIT PRIS EN COMPTE??????

Laisser un commentaire