L'actualité en continu du pays de Brive


Délinquance : moins de faits constatés, davantage de résolus

A Brive, la baisse de la délinquance se confirme alors même que le taux d’élucidation des faits constatés augmente, grâce notamment à la vidéo protection, à une coopération renforcée des polices et à la synergie des différents acteurs. « Des chiffres encourageants mais pas encore satisfaisants », a confirmé le maire Frédéric Soulier lors d’une conférence de presse qui s’est tenue cet après-midi en amont de la réunion du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance qu’il préside.

Quatre chiffres sont à retenir: 3223 faits constatés en 2016 et 3197 en 2019. Parallèlement, 1111 faits élucidés en 2016 pour 1372 en 2019. « Depuis 2014, le taux d’élucidation a augmenté de près de 40% avec un décollage significatif depuis la mise en place de la vidéo protection en 2017″, complète Frédéric Soulier qui a rappelé que la sécurité était la première priorité des Brivistes mise en avant par 63% d’entre eux lors de la consultation en 2015.

« Le choix de Brive a été d’investir dans des moyens humains et matériels. » La police municipale qui compte désormais 39 agents a vu sa capacité d’intervention étendue à 6 jours sur 7 et surtout de jour comme de nuit. En 2019, la police municipale a ainsi effectué 880 procédures et 264 mises à disposition pour la police nationale. Le directeur départemental de la sécurité publique, Emilie Ngasho Mpanu a d’ailleurs tenu à souligner « l’excellent travail entre les polices », saluant « une police municipale qui a investi l’ensemble de son champ de compétences ». En comparant avec les villes de même strate, elle a également précisé que Brive se situait par rapport à elles en deçà des violences physiques crapuleuses commises dans la rue et que son taux d’élucidation allait quant à lui au-delà. « Des résultats à mettre au crédit du collectif. »

La préfète Salima Saa y voit « la preuve d’une bonne pratique partenariale avec l’ensemble des acteurs » en matière de répression comme de prévention. Le CLSPD réunit en effet les représentants et les services concernés par la sécurité dans un panel très large: préfecture, justice, polices, bailleurs sociaux, transports collectifs, associations sur le terrain… Salima Saa a déjà rencontré plusieurs associations de quartier. « Ce partenariat fonctionne bien. C’est tous ensemble que nous réussirons à lutter contre la délinquance. »

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

  •    Répondre

    BONJOUR,J AI PORTE PLAINTEPLUSIEURS FOIS:, POUR TAGUES, ORDURES DEVANT MON SALON, DES GENS SONT RENTRES DANS MA COUR FERMEE PAR 4 MURS DES MEGOTS PARTOUT, GOUTTIERE ARRACHEE .LA POLICE MUNICIPAL OU LE COMMISSARIAT NE SE DERANGE PAS .QUE FAUT IL FAIRE ? FAUT IL UN CRIME POUR QUE CELA SOIT PRIS EN COMPTE??????

Laisser un commentaire

2 × 4 =