L'actualité en continu du pays de Brive


Crime rue de la Jaubertie: la vidéo protection a permis l’interpellation de l’auteur présumé

Le parquet de Brive vient d’annoncer la mise en examen pour meurtre avec préméditation de l’auteur présumé de l’agression mortelle à l’arme blanche qui a été commise mercredi 3 août rue de la Jaubertie. Le réseau de caméras a permis d’identifier le suspect, de suivre son itinéraire, de retrouver l’arme du crime et son interpellation moins de quatre heures après les faits.

La personne qui avait été interpelée le jour même des faits à sa descente du train en gare de Limoges, a donc été placée sous mandat de dépôt pour meurtre avec préméditation. L’annonce fait la lumière sur ce drame intervenu entre deux personnes ayant au préalable un contentieux. “Entendu sous le régime de la garde-à-vue, le mis en cause, âgé de 21 ans, a reconnu partiellement son implication dans les faits qui lui sont reprochés, évoquant avoir porté des coups de couteau à la victime sans avoir eu l’intention d’attenter à sa vie”, précise le procureur de la République Émilie Abrantes. “Les deux hommes se connaissaient et auraient eu un contentieux par le passé. Le mis en cause est connu des services judiciaires pour avoir déjà été condamné à trois reprises.”

Cette interpellation rapide est aussi une illustration supplémentaire de l’efficacité de la vidéo protection déployée à Brive depuis 2017. Le recoupement des témoignages recueillis sur place a en effet permis aux agents du CSU de repérer l’agresseur présumé sur les écrans et de suivre son itinéraire. C’est aussi grâce aux images que l’arme du crime a pu être retrouvée. Sur la base des renseignements fournis, l’auteur présumé a ainsi été appréhendé dans la foulée en gare de Limoges. Moins de quatre heures après les faits.

“Je tiens à saluer la réactivité de tous. Cette annonce est un soulagement“, réagit le maire Frédéric Soulier dans un communiqué. Le drame avait soulevé de vives inquiétudes dans la population. “La sécurité est une priorité et n’est pas la seule affaire de l’État, nous travaillons quotidiennement avec ses services et ceux de la justice, que ce soit en matière de prévention comme d’intervention”, avait-il d’ailleurs rappelé lors d’un récent point livrant les derniers chiffres de la délinquance (lire notre article ici). Sur la base des renseignements glanés, la rue de la Jaubertie fait d’ailleurs l’objet de patrouilles systématiques de la police municipale depuis près d’un an.

C’est cette coopération concrète qui s’appuie aussi sur la vidéo protection qui aura une nouvelle fois porté ses fruits dans un combat commun contre l’insécurité de quelque nature que ce soit. “L’installation inédite de la vidéo-protection en 2017 a marqué une inflexion claire auprès de plusieurs indicateurs du niveau d’insécurité, à commencer par le taux d’élucidation. Plus d’affaires résolues, ce sont autant de réponses apportées aux victimes.”

La vidéoprotection qui n’a cessé de s’étendre, couvre désormais 64 zones de la ville pour un investissement total d’1,2 million d’euros depuis 5 ans. “Nous allons continuer à la développer, non pas par idéologie mais pour poursuivre notre objectif et on le voit, d’ailleurs, ce sont les habitants qui nous demandent son installation”, précise Frédéric Soulier.

Quant au mis en cause dans les faits survenus rue de la Jaubertie, ce dernier a été présenté à un magistrat instructeur du pôle de l’instruction de Limoges, dans le cadre de sa compétence criminelle. Les investigations se poursuivront désormais sous la direction et le contrôle de ce dernier, afin notamment de déterminer les circonstances exactes des faits, ainsi que la nature des relations entre l’auteur présumé et la victime.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

2 commentaires

  •    Répondre

    Non, Monsieur le Maire, le terme « soulagement » ne s’applique pas à l’état d’esprit des habitants de ce quartier, bien au contraire.
    En matière de Sécurité, qu’elle soit Civile, Routière ou au Travail, il n’est de bonne politique que celle qui s’attaque aux « Causes » et la vidéo protection, bien qu’ayant d’autres vertus incontestables, mais principalement préventives dans le périmètre de ses caméras, n’entre pas dans ce champ et agit plutôt sur les « Conséquences » (bien que l’on n’ait pas encore vu d’images transformer, par magie, un meurtre en coups et blessures légers)
    Cela fait plus d’un an, en effet, que les riverains protestent et dénoncent les nuisances quotidiennes occasionnées par ces personnes (bruit – bagarres – boisson – drogue – urine) et c’est à cause de ces demandes répétées que sont effectuées les patrouilles des services de police.
    Aujourd’hui ces individus se bornent à nous insulter, nous menacer ou donner des grands coups de pieds dans les portes de ceux qui, à 2h00 du matin, ont l’audace de leur reprocher leur comportement.
    Demain serons-nous reçu à coups de couteau et devons-nous être « soulagés » de savoir que nos héritiers verrons un prompt règlement de l’enquête judiciaire à propos d’un soit disant « contentieux » ?
    En parlant de « contentieux » et ne connaissant pas les motifs de celui qui a mené au crime, pouvez-vous nous donner l’assurance que des actions violentes de représailles voire une guerre des clans ne sont pas en gestation dans notre quartier ?
    Dès l’année prochaine, et poubelles à la main pour accomplir notre devoir de citoyens responsables de la propreté de notre ville, passerons-nous « soulagés », le soir, au milieu de ces gens place Lartigue et rue de la Jaubertie pour rejoindre les containers de ramassage ?
    Alors parlons d’exaspération, d’inquiétude et, si les choses devaient rester en l’état, sûrement demain de légitime colère car non, Monsieur le Maire, le mot « soulagement » n’est vraiment pas le terme approprié à la situation.

    Didier ROBERT
    Habitant du quartier
    Élu du Quartier 1

  •    Répondre

    Voici ce que l’on peut lire ailleurs sur le web …… ( et je vous épargne Facebook )

    source : https://actu17.fr/faits-divers/brive-la-gaillarde-un-homme-poignarde-a-mort-dans-la-rue-un-suspect-interpelle-a-limoges.html

    (..) Un homme âgé de 27 ans a été poignardé à mort en pleine rue à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), peu avant midi ce mercredi. Un suspect a été interpellé une heure plus tard à sa descente du train à Limoges (Haute-Vienne) a appris Actu17, confirmant une information de La Montagne.

    La victime a reçu de multiples coups de couteau alors qu’elle se trouvait dans la rue de la Jaubertie. Elle s’est effondrée et l’alerte a été donnée. Malgré l’intervention rapide des secours, cet homme a été déclaré mort juste avant 13 heures.

    Les policiers se sont dans le même temps lancés à la recherche du tueur. “Des témoins ont croisé un homme qui était blessé à une jambe et qui demandait des soins”, confie une source proche de l’enquête. “Il a été reconnu et son signalement a été diffusé sur les ondes police”. C’est ainsi que des policiers ont repéré un suspect correspondant à la description donnée, en gare de Limoges. L’homme descendait d’un train venant de Brive-la-Gaillarde. “Ses vêtements présentaient des traces de sang, ce qui n’a laissé que peu de doutes”, ajoute cette source.

    Déjà connus des services de police
    Cet homme âgé de 21 ans a été immédiatement interpellé et placé en garde à vue. Déjà connu des services de police et récemment sorti de prison, il est en situation irrégulière en France. Ses motivations restent à déterminer par les policiers. L’arme blanche qu’il a utilisée a été retrouvée dans une rue voisine du lieu du crime. Le meurtrier s’en serait débarrassé dans sa fuite. En outre, le défunt était lui aussi “bien connu” des forces de l’ordre.
    L’enquête a été confiée conjointement à la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Limoges et à la brigade de sûreté urbaine (BSU) de Brive-la-Gaillarde.(..)

Laisser un commentaire

12 + neuf =