L'actualité en continu du pays de Brive


Contemporaine et fonctionnelle, la halle alimentaire sortira de terre en 2019

S’inscrivant pleinement dans le paysage urbain, la halle alimentaire permanente ouvrira sur la place de Lattre de Tassigny avant les fêtes de Pâques 2019.

La ville avance. Tandis que le chantier de la rue Gambetta, qui rouvre dès ce samedi, prend fin, d’autres sont en passe de démarrer. A commencer par la halle alimentaire.

En préambule du conseil municipal d’hier, mercredi 28 juin, Frédéric Soulier, maire de Brive, a ainsi présenté aux élus ce projet qui va marquer la ville très durablement.

Le concours, lancé en début d’année, a donné lieu à de nombreuses candidatures. Trois cabinets d’architectes ont finalement planché sur le projet entre la mi-avril et le 1er juin, dont deux locaux. C’est l’un d’eux, le cabinet Archimade 19, qui a été choisi à l’unanimité par le jury qui s’est réuni le 16 juin dernier. Il a récompensé un projet fonctionnel et contemporain, s’appuyant sur le code classique de l’architecture des halles.

Les étals d’une vingtaine de commerçants seront ainsi aménagés de part et d’autre d’une allée traversante où pourront se tenir dégustations et animations. “Douze commerçants ont déjà été retenus. Ce sont en majorité des Brivistes”, a précisé Frédéric Soulier, en indiquant que la présence de leur commerce de bouche dans la halle ( boulangerie-pâtisserie, poissonnerie, cave à vins, boucherie, fromagerie, confiserie…) n’entraînerait la fermeture d’aucune de leur activité en centre-ville.

Fonctionnel, le projet ouvert sur la ville et tourné vers les jardins prévoit un accès direct depuis le boulevard jusqu’au square Auboiroux qui sera préservé. “Le projet de halle de 960m2, un peu plus grand que les 800m2 prévus, était celui qui empiétait le moins sur le jardin.” Autre bon point, les parvis extérieurs qui permettront aux marchés des commerçants non sédentaires d’être maintenus aux abords de la halle les mardis et samedis.

Toit en zinc, parement en brasier, huisseries en alu et du bois au-dessus des étals… le bâtiment comprend également du verre traité pour maîtriser froid et chaleur ainsi que deux toits végétalisés qui contribueront à sa faible consommation énergétique. Des études d’air et de matériaux ont en effet été menées pour permettre à la structure de s’auto-réguler. “Ce sera un écrin pour préserver les produits de bouche frais et de qualité“, a souligné Jean-Luc Souquières, conseiller municipal en charge des marchés.

L’esquisse du cabinet donne une idée précise de la direction choisie mais certains détails devraient être affinés et notamment la transparence de l’arrière de la halle qui, accentuée, offrira une plus grande ouverture sur le parc. “Les façades des bâtiments sont importantes mais les arrières le sont tout autant.” L’idée étant de faire de la halle un lieu de commerce bien sûr, mais aussi de vie et de convivialité où, installés sur des mange-debout avec vue sur le parc, les clients pourront échanger et déguster. Quant à l’idée de laisser le passage ouvert à travers la halle toute la journée durant, rien n’est encore tranché. “Il ne faut pas aller trop vite. Il faut déjà que tous s’approprient cette halle“, a tempéré le maire de Brive.

La halle représente un investissement de 3 millions d’euros dont une grosse partie est subventionnée puisque la part de la Ville s’établit à 1,2 million d’euros. Un an de travaux est prévu pour une livraison en mars 2019 et une ouverture avant les fêtes de Pâques.

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

2 commentaires

Laisser un commentaire