L'actualité en continu du pays de Brive


C’est la rentrée !!!

 

Plus de 3 000 élèves et près de 300 agents municipaux font leur rentrée, cette année, dans les 25 écoles publiques gérées par la Ville. Comme chaque année, Frédéric Soulier, maire de Brive, a visité quelques écoles. Jules Vallès, Paul de Salvandy, Thérèse Simonet, Jeanne d’Arc et Louis Pons. Une rentrée pleine d’actualités avec la “labélisation” de Brive en tant que Cité éducative (voir notre précédent article en cliquant ICI), le prix de la cantine qui n’augmente pas, un petit point sur les classes dédoublées, travaux, inclusion…

Une rentrée que Frédéric Soulier, a qualifié de « sereine »  lors de ses différentes visites dans les établissements.

« Le prix de la cantine n’augmentera pas »

« Bien que confrontés à l’augmentation des matières premières, le prix de la cantine n’augmentera pas à la rentrée, mais il a fallu s’adapter. C’est une volonté municipale. Nous tenons à ce que les familles ne soient pas pénalisées. Le premier prix (quotient familial première tranche, NDLR) est à moins d’un euro (95 centimes, NDLR).

Nous travaillons toujours avec le maximum de produits locaux. 95 % de ce qui est présenté aux enfants est fait en direct chez nous. C’est un vrai service rendu aux familles brivistes. Manger des repas équilibrés quatre fois par semaine et même cinq fois si les enfants vont par exemple au centre de loisirs, les mercredis », assure Valérie Taurisson, adjointe à la Famille et à l’Enseignement.

« Brive est en dessous du montant du plan pauvreté pour le premier quotient familial qui prévoit un repas à un euro », ajoute Julien Rupage, chef du service Éducation.

 

Chiffres cantine
21 restaurants scolaires
Plus de 2 000 repas servis quotidiennement
Pour la première tranche quotient familial, le repas est à 95 centimes d’euro

 

« Comme chaque été, des travaux ont été réalisés »

« Le budget travaux est chaque année quasiment semblable. Cette année, c’est plus de 600 000 euros de travaux qui sont prévus. Nous continuons à améliorer les performances énergétiques des bâtiments, avec des travaux sur les menuiseries notamment. Nous veillons tout particulièrement à la végétalisation des écoles, des cours de récréation. Ceci est un travail constant de la Ville. Petit plus cette année, l’école Peyramaure sera dotée d’un garage à vélos. C’est la première école municipale qui en aura un. D’autres suivront », explique Valérie Taurisson.

Répartition des principaux travaux programmés et/ou réalisés par site en 2022. ;

Thérèse Simonet : 57 400 euros. Réfection totale d’un bloc sanitaire de l’élémentaire,

Paul-de-Salvandy (groupe scolaire) : 78 200 euros. Réfection cour, réfection parking des enseignants, peinture de l’ancien réfectoire,

Louis Pons : 44 800  euros. Remise en peinture des portail d’accès de l’élémentaire,

 

Budget travaux 2022-2023
605 000 euros

 

« Le dédoublement des classes est un succès pédagogique »

« Depuis 2017, à Brive, les écoles classées en REP+ : Jules Vallès, Marie Curie, Jules Romains et Lucie Aubrac, au sein des quartiers Tujac-Gaubre et Rivet, bénéficient du dédoublement des classes pour le CP et le CE1. Depuis l’année dernière, les classes de grande section de maternelle de ces écoles sont également dédoublées. C’est incontestablement un succès pédagogique pour les enfants. Les enfants sont 13 à 14 par classe, constate Valérie Taurisson. Nous accompagnons cette mesure du mieux que nous pouvons, car il y a de fortes contraintes matérielles et humaines. Une classe dédoublée, c’est mathématiquement un lieu d’enseignement supplémentaire, or les écoles ne sont pas extensibles. De plus, chaque année, les effectifs sont très mouvants. Il faut sans cesse s’adapter. C’est souvent un vrai casse-tête. C’est un peu le principe des vases communicants. »

Katia Barbier, institutrice, s’occupe de deux classes dédoublées à Jules Vallès « J’avais une classe de CP à 27 puis je suis passée, au tout début de la mise en place du dispositif, à une classe dédoublée à 12, j’ai rapidement eu l’impression de faire un travail de qualité avec mes élèves. A 27 je laissais des enfants, malgré moi, un peu sur le bords de la route Ceux qui avaient le plus de difficultés décrochaient encore plus rapidement. Là, j’ai le temps pour chacun de mes élèves…  Grâce à ce dispositif, j’ai pu sauver des élèves. Aujourd’hui par exemple, j’ai quatre ateliers différents selon le niveau des élèves. On peut s’adapter très facilement. J’adapte le support et le niveau aux élèves c’est du sur-mesure. En plus, avec les élèves nous sommes très proches, il y a une vraie complicité. Le dédoublement c’est quelque chose de très très largement positif. »

 

La rectrice, Carole Drucker-Godard, a par ailleurs confirmé que les résultats des enfants arrivants au collège et qui avaient bénéficié de ces classes dédoublées étaient plus que probants. « Il y a de vrais progrès au cours des années, cela se confirme dans les tests d’entrée au collège ou ceux fait au cours de l’année même s’il y a encore des lacunes. », a-t-elle souligné.

Vacances scolaires
Rentrée : 1er septembre 2022

Toussaint : du samedi 22 octobre au 7 novembre 2022

Noël : du samedi 17 décembre 2022 au mardi 3 janvier 2023

Hiver : du samedi 4 février au 20 février 2023

Printemps : du samedi 8 avril au lundi 24 avril 2023

Été : samedi 8 juillet 2023

 

L’école Thérèse Simonet accueille depuis cette rentrée une unité de l’IME de Meyssac

La Ville de Brive s’engage pour une éducation inclusive pour toutes les personnes porteuses d’un handicap.

(Gaëlle Cousque, cheffe de service IME Meyssac, David Somdecoste, directeur école élémentaire Thérèse Simonet et Jérôme Cordier, directeur IME Meyssac. L’IME de Meyssac poursuit sa collaboration avec la Ville de Brive dans un but d’inclusion).

Dans ce but, l’Institut médico-éducatif (IME) de Meyssac, qui propose un accompagnement thérapeutique, éducatif, déjà présent au collège Jean Moulin ainsi qu’au lycée Simone Veil implante cette année à l’école Thèrese Simonet une autre unité. École, collège, lycée, “cela permet de créer une véritable continuité dans l’enseignement pour ces élèves”, a souligné Valérie Taurisson. Huit enfants de 7 à 11 ans sont pour cette rentrée accueillis.

« Ces unités dispatchées à tous les niveaux permettent d’éviter des ruptures de parcours scolaires et offrent un accompagnement spécialisé aux enfants de Brive ou du bassin de Brive scolarisés qui ont des difficultés, a ajouté Jérôme Cordier, directeur de l’IME de Meyssac. C’est une offre qui pourrait s’élargir à d’autres établissements brivistes. »

 

 

 

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

dix-huit − 15 =