L'actualité en continu du pays de Brive


Ce train livresque et gargantuesque…

Train PANO4

Parti d’Austerlitz ce matin à 8h30, le train du livre est arrivé en gare de Brive à l’heure dite, soit plus de cinq heures plus tard. Cinq heures durant lesquelles, les auteurs s’en sont mis plein la panse. Autant dire que ça a bien bavassé, bien rigolé, bien bouquiné et, pour se remettre de ces émotions et faire face au gros week-end qui vient tout juste de commencer… bien roupillé !

Train PANO1“On va au Cardi hein”, s’impatientaient déjà ce matin deux jeunes femmes sur le quai de la gare à Paris. Il était à peine 8 heures et, le café fumant dans une main, la viennoiserie dans l’autre, elles pensaient déjà à ce soir. Et elles n’étaient pas les seules! La boîte de nuit briviste, dont la réputation parisienne n’est plus à faire, est vraiment dans tous les esprits.

Fantomatique, Amélie Nothomb, chapeautée et chaperonnée, est rapidement passée au milieu de l’attroupement. Le teint est blanc mais le visage souriant. Directement, elle est allée prendre place dans une voiture avec les siens. Devant elle, 4 bouteilles pétillantes. Du champagne ? Certainement. L’auteur a révélé dans son dernier livre, Pétronille, sa passion pour le breuvage. Mais non, finalement, c’est une illusion. Ce n’est que de l’eau, plus raisonnable à 8h30.

Train du livre10De l’eau et une ambiance feutrée qui se prolonge. Se serait-on trompé de train? Sur les fauteuils a été déposé un hebdomadaire titrant sur “La Corrèze épicurienne”. On est loin du compte pour l’heure. Mais à 9h30, voilà que les affaires reprennent. “Vous voulez un apéritif ? demande une jeune  femme de l’école de management en hôtellerie de Savignac. “Vous n’auriez pas plutôt un café?”, répond  la voisine de Patrick Deville. “Non, ce sera pour la fin du repas.” Eh oui ! Bienvenue en Corrèze !

Train du livre17

Raymond Domenech qui lit un journal (L’Equipe, forcément) Patrick Deville plongé dans un pavé, peut-être le dernier gros Carrère, Amélie Nothomb pétillante, s’amusant avec un appareil photo numérique, et le Renaudot, David Foenkinos, se faufilant, entre David et Jacques, deux agents municipaux  en pleine découpe du magret… C’est tout cela le train du livre. “Dans ces nouvelles voitures, on n’a pas de cuisine”, lance, affairé Pierre Barbarin aux commandes du déjeuner. Déjà dans l’Orient Express, ces deux dernières années, c’était coton; là, c’est carrément de “la haute voltige“. A ce point que pour la première froid, c’est un repas conçu froid qui a été concocté. Impossible de faire autrement. Heureusement, le personnel municipal et les jeunes de l’école hôtelière assurent.

 

arrivee train, photo Sylvain Marchou

Au menu, dans des petits paniers repas très bucoliques, après les amuse-bouches, viennent le foie gras mi-cuit, la salade de pommes de terre et fèves, copeaux de Salers, oignons doux et fines herbes, noix fraîches, croûtons et roquette, sauce mousseline au romarin. Ça, c’est pour l’entrée. Place ensuite au tartare de tomates anciennes, magret et quasi de veau marinés, truffes et râpé de parmesan, flan aux pointes d’asperges vertes, émincé de tête de veau et sa sauce gribiche, chips de céleri et salade. Puis les traditionnels rocamadours, suivis d’œufs au lait et caramel, succès aux noix et compotée de pommes aux raisins marinés. Le tout arrosé, modérément, cela va sans dire, de vins et digestifs.

Après ça… La sieste! Pour beaucoup, mais pas pour Jean Teulé. “T’as toujours le même rire!”, se moque un de ses invités. Dans les allées en effet, le rire présidentiel résonne. L’homme est heureux: “D’être là, entouré d’amis, de me faire appeler président” et impatient que la fête commence. Car il s’agit bien de cela: “Les organisateurs de la Foire du livre font tout pour faire plaisir aux auteurs et visiteurs. Je veux faire la même chose.” A lui de jouer !

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles :

Train du livre2

Train du livre3

Train du livre11

Train du livre18

Train du livre15

Train du livre12

Train du livre

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire