L'actualité en continu du pays de Brive


Caserne Brune : débat passionné

Dans le publicOn aurait pu ajouter des chaises et pousser les murs hier soir dans la salle d’honneur de la mairie, tant les Brivistes sont venus en nombre à cette réunion publique sur la caserne Brune. Près de 3 heures de débat, sur un projet qui va dessiner une nouvelle architecture de ce quartier historique, entre les partisans du scénario 1, et ceux du scénario 2. Ce dernier prévoit la conservation des trois bâtiments majeurs avec au centre une forêt urbaine. La caserne fait débat, mais le temps de la concertation, bel exemple de démocratie participative, arrive à son terme.

Questions réponses avec le député-maire Philippe NaucheCe projet de reconversion de la caserne Brune a déjà fait couler beaucoup d’encre et user beaucoup de salive. Hier soir, on a encore beaucoup parlé, et longuement évoqué l’avenir de ce vaste espace de plusieurs hectares. Le député-maire Philippe Nauche a dans un premier temps présenté les deux scénarios. L’hypothèse 1 envisage de faire du passé bâti table rase ou presque avec la création de 500 logements notamment. L’option 2 prévoit de sauvegarder puis de réhabiliter les trois bâtiments avec 250 logements et la création entre autres sur la place d’armes d’une forêt urbaine.

L'urbaniste a présenté les deux hypothèses d'aménagementPhilippe Nauche évoque la création d’un nouveau modèle urbain avec de hautes performances environnementales. Ces projets ont été exposés du 16 novembre au 1er février, cette exposition a enregistré 1017 visites et 16 pages d’observations ont été écrites. Le scénario 2 a été plébiscité par la majorité bien que certains Brivistes aient manifesté pour l’option 1. Hier soir, on est donc entré dans le vif du sujet. Le député-maire, arguments à l’appui, a mis en avant les atouts du scénario 2 avec la conservation des bâtiments, le nombre de logements moins importants, un coût financier moins lourd et la création de cet espace végétal. “Mon objectif est de faire le meilleur projet pour Brive”, a-t-il encore ajouté.

Les élus

Puis est venue l’heure du débat. “Votre projet manque d’ambition, vous êtres frileux”, lance une dame vent debout contre le scénario 2 et manifestement très impliquée pour l’option 1. Philippe Nauche lui répond: “Voilà des propos que nous retrouverons dans le prochain numéro du “Phare”. Contrairement à ce que vous dîtes, nous avons une réelle ambition pour ce quartier, nous voulons faire de ce lieu un carrefour de mixité sociale et 250 logements nous semblent raisonnables, nous pouvons aussi envisager l’implantation du foyer des jeunes travailleurs”. Puis il poursuit: “Sur le plan commercial, la vocation de la caserne Brune n’est pas de mettre en danger le commerce du centre ville”.

Tour à tour le député-maire est interrogé sur les places de stationnement et l’espace de congrès. “Serait-il réalisé sur l’espace Brune ou pas?” “Pour l’instant nous étudions une possibilité proche de la CCI, la création d’un parking souterrain sur le site Brune n’est pas notre priorité, on envisagerait plutôt une extension du parking“, explique encore, méthodique, Philippe Nauche.

Une salle comble pour la dernière réunion de concertation sur le  quartier Brune

Des interrogations sur l’école Louis Pons: dans un avenir plus lointain, quand le mess sera rétrocédé à la Ville, ce qui est prévu pour 2012, il y sera envisagé un regroupement de l’ensemble des activités scolaires de Louis Pons. L’avenir et le devenir de la caserne tel qu’il pourrait s’écrire à la faveur du scénario 2, pose à l’évidence des questions, mais beaucoup y voit une réalisation futuriste en phase avec une nouvelle approche urbaine.

“C’est un quartier qui va renaître de son passé sans le gommer, le scénario 2 appréhende le génie des lieux”, lance un participant. Une dame vient de s’installer à Brive: “Du quartier Brune, on est à 400 mètres à pieds du centre ville, on doit pouvoir se passer d’une voiture”.

Prenant le contre pied de la première intervenante, René Boisserie, ancien élu municipal, a félicité le bureau d’études pour sa présentation, et s’est réjoui que les préférences de la municipalité aillent vers “un projet ambitieux, parce que modeste et réaliste“. A la faveur de cette nouvelle ligne architecturale, de ces bâtiments refaits de fond en comble avec une exigence de haute performance environnementale en matière d’isolation, par exemple grâce à cet oasis de verdure comme une invitation à un pause nature, ce nouvel endroit s’annonce comme un espace apaisé, ouvert sur la ville.

Dans les prochains mois, en mai sans doute, le choix définitif du projet d’aménagement sera arrêté. A la fin de cette année, le concessionnaire devrait être choisi et l’année prochaine, dans le premier semestre, sera déposé le permis d’aménager.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire