L'actualité en continu du pays de Brive


Brive terre de cinéma (9/12) : Olivier Gouéry

Le cinéma et Brive c’est une longue histoire. De nombreux films ont été tournés dans la cité corrézienne et il serait bien hasardeux de se risquer à établir une longue liste de peur d’oublier une oeuvre. Si un film devait actuellement sortir du lot ce serait sans doute Adolescentes, réalisé par Sébastien Lifshitz avec Anaïs Chambeaudie et Emma Jaubert deux jeunes Brivistes, récemment récompensé du prix Louis-Delluc (voir par ailleurs).

Brive c’est aussi ses cinémas, Les Nouveautés, aujourd’hui disparues, Le Rex, Le Splendid autrefois situé au théâtre municipal, le ciné-club également disparu, le Centre culturel de l’avenue Jean-Jaurès, le Mega CGR. Brive c’est également l’option cinéma-audiovisuel du lycée d’Arsonval qui existe depuis les années 1990. C’est encore Les Rencontres du moyen métrage, festival international.

Brive terre de cinéma ? Sans aucun doute !

Tous les jours nous vous proposons une rencontre avec un acteur de la scène briviste. Aujourd’hui Olivier Gouéry, responsable du Pôle d’éducation aux images en Nouvelle-Aquitaine, situé au sein du Cntre culturel, avenue Jean-Jaurès à Brive (9/12).

Textes Julien Allain ; Photos Diarmid Courrèges.

 

Olivier Gouéry, 51 ans, originaire de la région parisienne, passé par la Creuse, est le responsable du Pôle d’éducation aux images en Nouvelle-Aquitaine, baptisé les Yeux Verts situé avenue Jean-Jaurès dans les locaux du Centre culturel.

Olivier Gouéry, 51 ans, urbaniste de formation, s’installe en Creuse d’abord pour poursuivre son métier avant de prendre un virage à 180 degrés et passer un CAP de projectionniste. Il devient programmateur, projectionniste, animateur et directeur du cinéma l’Eden à La Souterraine. « Ma première expérience du cinéma est celle de l’exploitation et du lien avec le public », relate Olivier Gouéry. Ce passionné de cinéma et de photographie pose ensuite ses bagages à Brive, en 2012. Olivier Gouéry devient chef de cabine au Rex, il fait un peu d’animation, de médiation. « Après, on me propose de rentrer aux Yeux Verts », explique Olivier. « Je commence par un poste de médiateur puis j’en deviens le responsable en 2016 ».

La mission du Pôle consiste à initier les élèves au cinéma, à les sensibiliser à travers de nombreux et différents projets. « Notre compétence territoriale s’étend sur tout le Limousin, voire sur la Nouvelle-Aquitaine, puisque nous sommes en relation avec l’Agence livre cinéma et audiovisuelle en Nouvelle-Aquitaine (Alca). Nous organisons également le Mois du film documentaire qui est l’occasion de découvrir les films des producteurs de la région », ajoute le responsable. « On travaille aussi, bien entendu, avec l’option cinéma-audiovisuel du lycée d’Arsonval, on les accompagne dans leur projet de film. On fait venir des professionnels du cinéma pour parler de leur parcours de leurs expériences. On propose également des ateliers dans les classes, au centre culturel ou dans les centres socioculturels. Dernièrement, en fin d’année 2020, on a réalisé un projet qui s’appelle Le Jour d’Après qui s’est déroulé à l’école de Jugeals-Nazareth pour une partie et pour une autre partie à la Mission locale de Brive. Le but était de faire travailler deux groupes de jeunes d’âges et d’univers différents sur un même thème. Qu’il y ait une rencontre. Il y a eu un échange par films interposés. Cela a également permis aux enfants de s’exprimer sur cette période de confinement », raconte Olivier Gouéry. « Nous allons également reprendre un projet avec les quartiers de la politique de la Ville de Brive. C’est un gros projet, encadré par un documentariste, Rémy Batteault. Le but c’est de faire réfléchir ces jeunes et leur famille sur la pratique des écrans. Tous types d’écrans. Télé, portables, cinéma ».

 

Les Yeux Verts. Pôle d’Education aux Images en Nouvelle-Aquitaine. 31, avenue Jean-Jaurès. 05.55.74.20.51. www.lesyeuxverts.com

 

Demain, retour sur le court-métrage Adolescentes tourné à Brive qui a remporté récemment le prix Louis-Delluc (10/12).

Pour relire nos articles précédents cliquez !

Lycée d’Arsonval (1/12); Hélier Cisterne réalisateur (2/12) ; Sébastien Bailly réalisateur (3/12) ; Louise Bordas régisseuse ((4/12) ; Antoine Parouty chef opérateur (5/12), Clotilde Gillardeau (6/12), Pierre Magnol (7/12), Romain Grosjean, directeur du Rex (8/12).

 

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire