L'actualité en continu du pays de Brive


Brive-Sikasso poursuit ses actions solidaires

Les deux véhicules offerts par l’hôpital de Brive et le Sirtom sont bien arrivés au Mali. En dépit de la Covid, les actions se poursuivent aussi dans les domaines de la santé et de l’éducation.

« Malgré les obstacles sécuritaires ou sanitaires, on ne lâche rien, on n’abandonne pas », assure Michel Blancher, président de l’association Brive-Sikasso. « Et nos partenaires non plus, comme en attestent les conventions pluriannuelles d’objectifs qui viennent d’être signées avec la Ville et l’hôpital de Brive. Nous avons aussi le soutien de l’Agglo, de la Nouvelle-Aquitaine et de l’Agence Adour-Garonne. C’est un jumelage qui est cher au cœur des Brivistes. Sur place, il s’appuie également sur des partenaires fiables comme notre pendant associatif Teriya, la mairie et toutes les autorités de santé et d’éducation. »

Le jumelage, solidement construit au fil de bientôt 40 ans sur des actions concrètes et surtout concertées, illustre parfaitement le proverbe africain : « Si tu veux marcher loin, marche avec les autres », car la Covid a certes empêché de se recevoir mais pas d’agir. Les deux véhicules partis fin décembre ont ainsi été pris en charge à partir d’Abidjan par les Sikassois et leur réception a été largement relayée par la télévision nationale. “Cette ambulance va nous permettre d’améliorer la qualité de la prise en charge de toute la population, nous allons en faire bon usage”, a assuré Le docteur Haïdara en remerciant les donateurs brivistes.

« L’hôpital de Sikasso couvre une région aussi grande que la Nouvelle-Aquitaine et n’avait que deux ambulances, dont une déjà offerte par l’hôpital de Brive en 2016. La deuxième benne donnée par le Sirtom va, quant à elle, permettre de renforcer la collecte des ordures ménagères. Nous avons également financé la construction de deux classes et d’un bloc de latrines à l’école B1, qui compte 750 élèves. Ce sont des actions qui avaient été initiées par des parents. » Le programme de distribution des nouveaux manuels scolaires de français pour le second cycle se poursuit également sur trois ans.

Si la ville malienne est peu touchée par la pandémie, le domaine de la santé et de l’hygiène publique n’en reste pas moins une priorité. « Un bâtiment a été ajouté au CESCOM (centre de santé communautaire, sorte de dispensaire, NDLR) de Sanoubougou pour abriter deux salles d’examen et de soins que nous allons équiper cette année. »

L’association finance également un programme de formations sur des sujets ciblés, dernièrement auprès de 40 infirmières des dispensaires CESCOM sur les maladies non transmissibles (cardiovasculaires, diabète, hypertension) et bientôt sur la prévention du VIH chez les jeunes. « Une troupe de théâtre va faire une tournée incitant la population à se faire soigner. » Les échanges professionnels devraient aussi reprendre en septembre avec la venue à l’hôpital de Brive du directeur du laboratoire et de la pharmacie de l’hôpital de Sikasso.

Parallèlement, l’association prépare l’envoi en novembre d’un nouveau conteneur. « Pas de vêtements, pas de livres, prévient la responsable. Il nous faut du petit matériel médical, par exemple des fours électriques pour stériliser. » Des projets plus lourds d’accès à l’eau sont aussi envisagés. Un chemin pas à pas. Et main dans la main.

Pour soutenir ou rejoindre l’association : 05.55.92.11.83 et brive-sikasso.com.

Photos Brive-Sikasso et Teriya.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire