L'actualité en continu du pays de Brive


Bien vieillir : “vivre ce qui en soi ne vieillit pas”

Un public nombreux pour la conférence sur "Bien vieillir avec l'art, l'artd e bien vieillir"

Bien vieillir intéresse tout le monde, en tout cas ça le devrait puisque notre espérance de vie s’est sérieusement allongée. “Vieillir est un travail qui ouvre sur de nouvelles perspectives: c’est de vivre ce qui en soi ne vieillit pas“, affirmait cet après-midi André Chezeaud, l’un des sages du conseil, en préambule de la conférence intitulée “Bien vieillir avec l’art, l’art de bien vieillir“.

Cette conférence était proposée dans le cadre du label “Bien vieillir, vivre ensemble” par la Ville, le conseil des sages et le centre municipal Le publicd’arts plastiques. La manifestation se déroulait d’ailleurs dans un décor d’œuvres réalisés par des plus de 60 ans fréquentant ce centre. “Vieillir n’est pas un gros mot, ni une maladie“, récuse Philippe Nauche venu ouvrir cette conférence devant un parterre de têtes grisonnantes. “C’est une étape de la vie.” Pour le député-maire de Brive, il s’agirait donc de “vivre l’instant présent, accepter cette nouvelle étape, s’y préparer en ayant des projets et en s’acceptant”.

En 2010, il y avait en France 6.000 centenaires. Il pourrait y avoir 150.000 en 2050! Vieillir est devenu un fait de société incontournable qui soulève “des interrogations tant collectives qu’individuelles”, pour le docteur Florence Gourdeau-Nauche. Le docteur Florence Gourdeau-Nauche“Nous ne vieillissons pas tous de la même façon”, expliquait la responsable du pôle gérontologie du centre hospitalier de Brive. Une personne âgée ne se réduit pas à “quelqu’un qui est à la retraite et qui court moins vite”.

À quel âge sommes-nous vieux aujourd’hui? À celui de la retraite ou à celui de la maison de retraite? À la naissance du premier enfant ou à celle du premier petit-enfant? Si l’on a plus ou moins l’âge de ses artères, l’humain est aussi fait d’émotionnel, de psychique et d’intellectuel. “Cette vie intérieure peut être une source de richesses pour bien vieillir“, affirme le médecin gériatre pour qui la clé de cette réussite repose sur quatre éléments: “l’adaptation, la prévention, la créativité et l’estime de soi“.

Colette CorneilleUne recommandation que n’a pas manqué de s’appliquer la seconde intervenante, Colette Corneille, psychologue en retraite, elle-même artiste à ses heures. “Si on perd la mémoire, on ne perd pas les souvenirs et ils font la poésie de la vie“, affirme la spécialiste pleine de malice, venue expliquer comment l’expression artistique favorisait le bien vieillir. Des propos qui ont dépassé le seul registre des arts plastiques. “L’essentiel, c’est de créer, de se libérer de ses contraintes, ce que l’on ne peut pas toujours faire quand on travaille. Le député-maire Philippe NaucheMais quand on est vieux, on n’a plus de patron… et ça c’est bien.”

Après “Bien vieillir en mouvement” en novembre dernier, puis “avec art” aujourd’hui, d’autres conférences devraient être proposées sur des thèmes similaires: “Les atouts du bien vieillir” et “Bien vieillir chez soi“. “Le label n’est pas un aboutissement, mais bien une invitation à aller plus loin”, a rappelé le député-maire.  “Il reste encore beaucoup à faire en matière de prévention pour reculer et éviter la dépendance.”

Quelques œuvres réalisées par des plus de 60 ans fréquentant le centre municipal d'arts plastiques

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire