L'actualité en continu du pays de Brive


Arno Fabre sort le grand jeu au théâtre

Du 15 au 23 janvier, les Treize arches donnent carte blanche à Arno Fabre. Ses installations singulières et hétéroclites, qui parlent à la tête comme au corps, aux grands comme aux petits, vont envahir le théâtre dans ses moindres recoins. L’habiter et le métamorphoser. Entrée libre.

A noter que le vernissage de cette exposition aura lieu le mardi 15 janvier à 18h en présence de l’artiste.

Il va en faire voir de toutes les couleurs au théâtre ! L’artiste plasticien Arno Fabre allie à l’inventivité la diversité des savoir-faire. Et pour cause, entre 1990 et 1998, il a multiplié les formations à l’École Nationale Supérieure Louis Lumière – Vaugirard, section photographie d’abord, avec un CAP de tailleur de pierre ensuite et finalement un post diplôme d’architecture en terre. « J’ai le goût d’apprendre, de chercher. Cela revient finalement à se chercher soi-même », confie l’artiste d’origine limousine. « Mon parcours est à l’image de mon travail : très diversifié. Et on va pouvoir sentir cette diversité à Brive », se réjouit l’artiste.

Le public aura en effet tout le loisir de s’en émerveiller puisque durant huit jours, le théâtre va regorger d’installations de l’artiste, de la scène aux vestiaires en passant par les escaliers et la petite salle. Plus d’une dizaine en tout, dont ses toutes dernières. C’est en quelque sorte une première rétrospective de son travail régulièrement demandé aux quatre coins de France et à l’étranger, que l’artiste va présenter au théâtre.

Des installations sonores, archéologique, vidéo, des sculptures sonores, de bois et de métal, des impressions typographiques… Autant de noms pas forcément très rassurants qui cachent en fait « des créations contemporaines et concrètes, humaines et accessibles », assure Colette Froidefont, chargée de la programmation aux Treize arches. « Ça parle immédiatement, et à tous ! Grand comme petit. »

Développée à l’occasion de la semaine du son, cette carte blanche à Arno Fabre va largement passer les frontières du son car c’est plus largement la vie, l’environnement, la question de l’humanité que veut capter l’artiste. On retrouve encore dans sont travail le devenir de l’espèce dans The Evergreen, le retour du loup et le rapport au monde sauvage, et plus généralement à l’autre dans Le Bélier de l’homme aux loups, la question de la traduction dans Translations ou Du Poème Biblique où est réunie une succession de plusieurs traductions françaises d’un même verset de la Bible depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours.

Et il y a aussi ces installations impossibles à classer comme Les Souliers qui se retrouvent dans de nombreux festivals, les « jeune public », ceux de marionnettes ou encore de musique contemporaine. « C’est un orchestre de trente paires de chaussures qu’Arno Fabre a récupérées ou chinées », explique Colette Froidefont. Elles sont actionnées mécaniquement par des « piétineurs » et pilotées par ordinateur. C’est finalement une histoire que ce drôle d’orchestre raconte avec ces chaussures qui s’humanisent par la magie d’un coup de talon et dévoilent une palette d’émotions induites par les marche et démarche : de la gaieté à la violence, en passant par l’angoisse et l’insoumission.

Le plaisir et l’enthousiasme qui président au geste créatif chez Arno Fabre est palpable dans certaines installations pleines de malice et de poésie comme Dropper 01, installée sur la scène du théâtre. Un drôle de nom pour dire une drôle de machine : un orchestre fantastique conçu, réalisé et composé par Arno Fabre où les pierres et les élastiques produisent la musique qu’interprètent des gouttes d’eau. C’est au beau milieu de ce théâtre en plein remue-ménage qu’il sera offert au public de déambuler librement et gratuitement, histoire d’en prendre plein la vue et plein les oreilles.

La semaine du son, du mardi 15 au mercredi 23 janvier inclus (sauf dimanche) au théâtre. Du mardi au vendredi de 13h à 18h. Nocturne jeudi 17 janvier jusqu’à 22h30. Samedi 19 janvier de 11h à 18h. Visites de groupes sur rendez-vous. Entrée gratuite. Déambulation libre. Plus d’infos au 05.55.24.11.13 et sur le site: www.lestreizearches.com .

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire