L'actualité en continu du pays de Brive


Après-midi Amérique latine à la médiathèque

Ce samedi 26 novembre, la médiathèque du centre-ville vous convie dès 14h à un après-midi événement pour voyager en Amérique latine autour d’un film et d’un roman, en présence du réalisateur et de l’auteur. Entrée libre et gratuite.

Le programme

  • 14h, Mois du film documentaire, diffusion de La disparition en présence du réalisateur Jonathan Millet et en partenariat avec le pole régional d’éducation aux images les Yeux verts.
  • 16h, Lettres du Monde, rencontre avec Pedro Cesarino, auteur brésilien, pour son roman L’attrapeur d’oiseaux en partenariat avec la librairie La Baignoire d’Archimède.

Vous pouvez participer au choix à l’une ou l’autre manifestation comme au deux.

Le film

Difficile d’évoquer ce continent américain sans aborder le problème de ce poumon vert en péril qu’est la forêt amazonienne. Le documentaire La disparition (sorti en 2020, Prix hors frontières ) se déroule dans le nord du Pérou, au plus profond de cette jungle. Amadeo est le dernier Taushiro. Il est âgé, son corps est fatigué, il sait qu’il va bientôt mourir. Nous le suivons dans sa solitude et ses rituels. Il utilise sa langue native pour parler aux arbres, aux esprits des animaux qu’il chasse et à son frère décédé il y a des années. En le suivant au plus près, le film laisse à penser un récit plus grand : la destruction de l’Amazonie, la disparition des peuples indigènes et de leurs cultures.

Jonathan Millet s’attache aux questions de territoire et de solitude. Il a réalisé plusieurs documentaires sélectionnés dans de n ombreux festivals. Il travaille actuellement à son prochain documentaire Les constellations tourné dans le Haut-Badakhchan au Tadjikistan et qui devrait sortir en 2023.

[https://player.vimeo.com/video/428486561?h=44e72d1821 640 360]

Le livre

L’Amazonie est également au cœur du roman L’attrapeur d’oiseaux (chez Rivages, 2022, traduit du portugais par Hélène Melo). Pedro Cesarino a écrit une fiction inspirée de son expérience d’anthropologue en Amazonie. Un beau premier roman en forme de fiction ethnologique entre quête du mythe fondateur d’une tribu amérindienne et recherche de soi. L’histoire: après avoir essuyé plusieurs échecs sur son terrain de recherche, un anthropologue désenchanté se lance une fois de trop au cœur de “l’enfer vert” amazonien, dans le vague espoir de recueillir enfin le récit du mystérieux mythe de l’attrapeur d’oiseaux, qui l’obsède. Quadra célibataire et mélancolique, c’est presque à contrecœur qu’il retourne auprès de sa famille amérindienne adoptive, où rien ne se passe comme prévu. De faux pas en impairs, il va faire l’expérience fatidique des limites du langage et de l’impossible communion des narrations du monde. Sobre, précis, le récit de Pedro Cesarino s’imprègne parfois de poésie pour dessiner un paysage aussi beau que dévasté, l’Amazonie, et plus généralement ce pays en état de crise perpétuelle qu’est le Brésil. Une satire à la fois mordante et fantasmagorique.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

quinze + huit =