L'actualité en continu du pays de Brive


24 heures jusqu’au bout de l’effort !

Les 24 heures de Brive se dérouleront ces jeudi 10 et vendredi 11 mai dans le parc de la Guierle. Une 17e édition pimentée cette année par les championnats de Nouvelle Aquitaine. Et comme en 2017 une relance nocturne avec le départ à 22h des 12 heures.

À Brive, l’Ascension rime depuis des années avec les 24 heures pédestres organisées par le PBAC. Le coup d’envoi de cette 17e édition sera donné comme toutes les précédentes jeudi à 10h. Les circadiens (du latin circa diem, environ un jour) tourneront en boucle sur le parc de la Guierle jusqu’au lendemain 10h. Pour eux, hommes comme femmes, un seul objectif: avancer que ce soit en courant ou en marchant, avancer tant qu’on peut, pendant 24 heures non stop, en minimisant ses temps de pauses sommeil, ravitaillement, massages… L’épreuve relève de ce que l’on a coutume d’appeler “ultrafond”, un terme très approprié qui englobe les courses, quelque soit d’ailleurs la discipline, comptant le plus grand nombre de kilomètres, 100km, 200km… et il y en a même qui durent 6 jours. Des distances, et des durées, qui laissent pantois le commun des bipèdes. Songez par exemple que les records mondiaux des 24 heures pédestres frisent les 303km pour les hommes et 255km pour les femmes… Un truc de dingues ! Mais les participants sont prêts à en découdre pour faire tomber les records brivistes, d’autant que cette année l’épreuve vaut pour les championnats de Nouvelle Aquitaine.

On s’en doute, l’effort est incommensurable, exige un dépassement de soi, de la douleur, de la fatigue et du sommeil qui gagne au fil des pas. On peut légitimement se demander pourquoi s’infliger tant de souffrance? Pas facile de cerner ce qui motive ces hommes comme ces femmes engagés dans un tel exploit. Plus acharné se révèle l’effort, plus belle sera leur victoire… Celle déjà d’aller au bout de ces 24 heures et d’eux-mêmes. Il faut beaucoup d’acharnement, beaucoup d’humilité car, ils le savent tous, le moindre aléa peut venir contrarier des mois de préparation et de sacrifices.

Alors que d’autres profiteront tranquillement de leur pont de l’ascension, eux vont inlassablement accumuler en boucle leurs kilomètres sur la Guierle, en passant par le parc verdoyant (un cadre très apprécié des participants), la salle Brassens et devant le Théâtre. Alors, n’hésitez pas à venir les encourager, à toute heure du jour ou de la nuit. Ces coureurs de l’extrême effort y sont très sensibles et vos marques de soutien et d’intérêt les aident à porter leurs pas toujours plus loin.

Pour relancer l’animation aux heures les plus nocturnes, le PBAC a également prévu une épreuve de 12 heures au sein des 24 heures, une nouveauté introduite l’an dernier et qui a été très appréciée. “C’est pour répondre à la demande de coureurs de notre club comme des clubs environnants. Cette amplitude réduite va leur permettre de se tester“, explique son président Bernard Continsouzas. Le départ sera donné à 22h et les 30 candidat(e)s intégreront le flot des coureurs des 24 heures. Ils feront la course de nuit, les heures les plus éprouvantes pour les participants, celles aussi où le « trafic » s’amenuise pour prendre un peu de repos. La fin des efforts sonnera donc en même temps pour les uns et las autres, à 10h du matin.

Infos sur www.24h-brive.fr et sur la page Facebook sur laquelle vous pourrez également suivre la course en direct, mais c’est encore mieux si vous venez sur place.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire