L'actualité en continu du pays de Brive


1940-1945: les monuments du souvenir

musee_departemental_de_la_resistance_a_neuvic

L’Association nationale des anciens combattants et résistants, l’ANACR, fait paraître un nouvel opus de son livre “Mémorial de la résistance et de la déportation en Corrèze, 1940-1945”. Cet ouvrage recense les lieux de mémoire qui jalonnent le département et qui, tous, rappellent, qu’il y a 70 ans, des femmes et des hommes ont souffert dans leur chair pour rester libres. Un livre réalisé grâce à une souscription, et avec l’aide financière de certains partenaires comme le Crédit Agricole.

Livre ANACR3Ce livre est une réédition. Une première date de 1995 mais l’ouvrage était en noir et blanc et moins exhaustif. Cette dernière version, en couleurs, est davantage complète. Elle recense 129 communes dans lesquelles une stèle, un monument, rappellent qu’ici des combattants de la liberté, ou de simples civils, ont été tués ou déportés par les forces allemandes. 129 communes, sur 286 que compte le département, “c’est très important” pour Jean Maison, le président de l’ANACR, qui insiste sur le fait que “la Corrèze fut vraiment une terre de résistance”.

L’ouvrage recense tous les monuments qui marquent la mémoire collective et évoque les noms des plus de 1200 morts tombés sur les routes, dans les forêts, les villes et les villages, sous les balles Nazies. Jean Maison, lui-même ancien résistant, engagé à 17 ans dans les groupes du plateau de Millevaches, entend, à travers ce devoir de mémoire, rendre hommage à cette population corrézienne. Livre ANACR2“On doit se rendre compte” dit-il, au-delà des résistants combattants, “du rôle important joué par nos agriculteurs, leurs femmes, leurs filles, mais aussi par nos artisans, nos commerçants, pour accueillir, cacher, nourrir les pourchassés de France, syndicalistes, politiques, réfugiés, juifs”. Certains l’ont payé de leur vie.

Le livre fait état de 365 plaques et monuments. Cela a demandé 2 ans de travail aux membres de l’ANACR Corrèze. A chacun de ces lieux de mémoire, présenté en photo, un texte rappelle les évènements qui se sont déroulés à l’endroit. On retrouve bien entendu les lieux de mémoire comme ceux de Tulle ou de Brive, mais aussi plein d’autres, moins connus mais qui ont vu se jouer des drames. Ici, c’est un FTP abattu lors d’une embuscade avec une patrouille allemande. ANACR BugeatLà, un groupe de réfugiés juifs, arrêté et déporté dans les camps ou un jeune civil, agriculteur, abattu simplement parce qu’il courait.

Tous ces morts, l’ANACR veut en consigner le souvenir pour qu’ils ne tombent pas dans l’oubli. Ces femmes, ces hommes, souvent jeunes, doivent continuer à vivre dans la mémoire de tous. C’est l’objet de cet ouvrage d’ores et déjà disponible au prix de 20 euros.

Renseignements au 06 81 72 46 18 ou sur www.anacr-correze.fr.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire